PARTAGER

L’hymne anglais « God save the Queen » a retenti à Londres, alors que le Royaume-Uni quittait officiellement l’Union Européenne.

1317 jours, deux premiers ministres et des milliers d’heures de discussions plus tard, les Britanniques ont enfin quitté l’Union européenne ce vendredi 31 janvier. À 23h à Londres, les pro-Brexit ont laissé éclater leur joie tandis que le 10 Downing Street se parait des couleurs du drapeau britannique.

La résidence de Boris Johnson, qui avait fait de la sortie du pays de l’UE la priorité de son mandat, avait affiché sur sa façade un compte à rebours qui a pris fin à 23 h avec en fonds les trois couleurs de l’Union Jack.

 

“Ce n’est pas une fin mais un commencement” a lancé le chef des Britanniques dans un ultime discours avant l’heure fatidique. “Malgré ses points forts, l’UE a évolué au cours de ces cinquante dernières années dans une direction qui ne correspond plus à notre pays”, a-t-il ajouté, proclamant le début d’une “nouvelle ère” pour les Britanniques.

Si les abords de la résidence de Boris Johnson étaient vides, car verrouillés par les forces de l’ordre, les places de Londres ont vite été assaillies par des Brexiters aux anges. À Parliament Square, le rendez-vous lancé par l’europhobe Nigel Farage a été couronné de succès, comme en témoigne la foule de drapeaux britanniques brandis.

Devant le palais de Westminster, les Brexiters ont entonné “God Save the Queen” dont les paroles défilaient sur un écran géant, avant qu’éclate un feu d’artifice, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

“J’attendais ça depuis 2016”

“C’est absolument fantastique”, lâche Karen Ollerton, une retraitée de 65 ans venue spécialement du nord de l’Angleterre, où se trouvent les régions défavorisées qui ont le plus massivement voté en faveur de la sortie de l’UE en 2016. “L’optimisme est partout autour de nous.” “Nous pouvons vivre ensemble en paix et, j’espère, mettre en place de bons accords commerciaux”, estime-t-elle.

Dans le nord eurosceptique de l’Angleterre, dans la ville de Morley, qui a voté à 60% pour le Brexit, le départ a été fêté en grande pompe, entre foisonnement de drapeaux britanniques et feu d’artifice. “J’attendais ça depuis 2016”, jubile Joshua Spencer, étudiant de 25 ans. Au moment du Brexit, des cris “Boris, on t’aime” ont été lancés.

Plusieurs drapeaux européens ont par ailleurs été brûlés dans la journée.

À Bruxelles en revanche, l’ambiance était bien plus calme. Le drapeau britannique a été décroché dans une ambiance solennelle du bâtiment du Conseil européen, puis simultanément une demi-heure plus tard des deux sièges du Parlement européen, à Strasbourg et Bruxelles.

De même, l’Écosse, où 62% des électeurs ont voté pour le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, a illuminé ses bâtiments gouvernementaux aux couleurs du drapeau européen.

St Andrew’s House, bâtiment du gouvernement à Edimbourg, illuminé aux couleurs bleue et or du drapeau européen le soir du Brexit. – Jane Barlow – PA Images via Getty Images

 

Source : Huffingtonpost

Publicité