PARTAGER
Photo/ Les Gilets Jaune en colère

C’était dans les tuyaux et merci à Crashdebug qui suivait cette « affaire ». il va y avoir interdiction pour les sites, de reprendre, citer, lier les infos venant des médias (subventionnés par l’argent public). Ces mêmes médias, qui profitent du retour quand ils sont cités, et le trafic n’est pas négligeable, avec la publicité gratuite que nous leur faisons..

À partir du 3 juillet, nous ne pourrons plus nous référer aux articles et nouvelles diffusés par la presse officielle, donc ! Plus de revue de presse. Si vous voulez rester informés, il faudra vous abonner chez les intéressés. C’est Google qui est soi-disant ciblé en première instance nous dit Next-Impact, Nous ne serons que « les dommages collatéraux ». J’espère qu’ils pardonneront la citation.

 

 

C’est le 3 juillet 2019 que la proposition de loi visant à instaurer un droit voisin au profit des éditeurs et agences de presse sera examinée en deuxième lecture au Sénat. Une compensation que devront payer les GAFA, mais pas seulement… Explication de ce texte transposant l’article 15 de la directive sur le droit d’auteur.
La France sera sans doute le premier pays à transposer l’une des dispositions phare de la directive sur le droit d’auteur, en l’occurrence l’article 15. L’article qui prévoit l’instauration d’un droit voisin au profit des éditeurs et agences de presse, payé non seulement les gros acteurs du numérique, mais aussi tous les sites et services en ligne qui osent partager des articles d’une manière ou d’une autre auprès du public.
Il faut dire qu’au Sénat, le chantier avait été traité avec une célérité remarquable. Le sénateur David Assouline avait pris soin de déposer sa proposition de loi, très exactement le 5 septembre 2018, soit près de 6 mois avant l’adoption de la directive « Copyright » à Strasbourg !
L’idée fut de mettre la charrue bien avant les bœufs, à charge pour les parlementaires français d’adapter le texte national aux dispositions finales européennes.
Ce travail d’adaptation a été mené à l’Assemblée nationale entre avril et mai. Désormais, la proposition de loi d’origine socialiste, mais soutenue par la majorité, est en seconde lecture au Sénat. Elle sera examinée en séance le 3 juillet, après un passage en commission de la Culture et adoption de quelques amendements périmétriques.
Dans son rapport en commission de la Culture, David Assouline est revenu sur la raison d’être de son texte : « L’irruption d’internet et la domination sans partage de quelques grands groupes mondiaux a fragilisé l’édifice de notre presse, tel que conçu à la Libération ».

LIRE L’ARTICLE COMPLET

Il va de soi que seront interdits les citations et liens dans les commentaires, ce qui induit la fin du partage d’infos, les débats, les critiques etc.. Voilà amis d’ici et d’ailleurs, ils ont trouvé le moyen de faire taire tous ceux qui ne sont pas d’accord avec la pensée unique, la déchéance morale et la destruction de notre pays. Les infos selon les MMS parmi tant d’autres vue ce matin, il y a vraiment de quoi être « fier » ….

 

Source : Les moutons enragés

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...