PARTAGER
Patriote info : Bien évidemment Trump n’a pas le droit à une telle protection, c’est même le contraire qui est encouragé.
Pour que les acteurs du système mondialiste dévoilent ouvertement leur censure c’est que nous sommes probablement en plein coeur de la mère des batailles. Cela concerne aussi l’avenir de l’Europe.

traduction :

Il s’agit d’un coup d’État d’information Big Tech. C’est la guerre civile numérique.

Moi, rédacteur en chef du New York Post, l’un des plus grands journaux du pays en termes de tirage, je ne peux pas publier l’un de nos propres articles qui détaille la corruption d’un candidat à la présidentielle majeur, Biden.


CNBC

Facebook et Twitter prennent des décisions éditoriales pour limiter la diffusion d’articles prétendant montrer des courriels « fumants » concernant Biden et son fils

Mercredi, Facebook et Twitter ont limité la diffusion d’un article du New York Post qui prétend montrer des courriels « fumants » concernant le candidat démocrate à la présidence Joe Biden et son fils.

« Bien que je ne fasse pas intentionnellement de lien avec le New York Post, je veux être clair sur le fait que cette histoire peut être vérifiée par les partenaires tiers de Facebook », a tweeté Andy Stone, un porte-parole de Facebook. « En attendant, nous réduisons sa diffusion sur notre plateforme ».

La décision éditoriale de réduire la diffusion de l’histoire est importante pour Facebook. L’entreprise de médias sociaux a longtemps prétendu défendre la liberté d’expression et a rejeté l’idée qu’elle soit un arbitre de la vérité.

Mais la société a récemment fait un 180, interdisant de nombreux types de contenus problématiques sur ses services, y compris les publicités anti-vaccination, la négation de l’Holocauste, et les pages et groupes épousant la théorie de conspiration QAnon.

Twitter a bloqué l’histoire plus tard dans la journée de mercredi. Il a décidé de limiter la diffusion de l’article en raison de l’absence de reportages faisant autorité sur l’origine des informations qu’il contient, a déclaré une porte-parole de la société.

Plus précisément, l’article a été jugé en violation de la politique de Twitter en matière de matériel piraté, qui ne « permet pas l’utilisation de nos services pour distribuer directement des contenus obtenus par piratage qui contiennent des informations privées, peuvent mettre les gens en danger physique ou contiennent des secrets commerciaux ».

CNBC

Publicité