PARTAGER
Patriote Info : Mozilla, une entreprise qui soutient Black Lives Matters, mouvement qui a mis à feu et à sang l’Amérique et fait 40 morts, nous explique que l’utilisation d’Internet pour semer le chaos c’est mal. Surtout lorsqu’il s’agit de défendre la race blanche (ce que n’a jamais fait Trump).

Que préconisent-ils ?

Mozilla propose tout simplement de mettre en place un système de délation.
Si vous utilisez Firefox, je peux vous garantir que votre vie privée sera scrutée tôt ou tard à la loupe et que vous serez dénoncé à la kommandantur si vous avez osé posté une photo de famille trop blanche à leur goût sur les réseaux.
Pour ma part je viens de désinstaller tous leurs programmes de mes machines.

Article Mozilla

Nous avons besoin de faire plus que de «déplatformer» (bannir)

Il ne fait aucun doute que les médias sociaux ont joué un rôle dans le siège et la prise de contrôle du Capitole américain le 6 janvier.

Depuis lors, le bannissement du président Donald Trump a fait l’objet d’une attention particulière. La question de savoir quand bannir un chef d’État est cruciale, parmi tant d’autres qui doivent être abordées. Quand les plateformes doivent-elles prendre ces décisions ? Ce pouvoir de décision leur appartient-il à eux seuls ?

Mais aussi répréhensibles que soient les actions de Donald Trump, l’utilisation effrénée d’Internet pour fomenter la violence et la haine et renforcer la suprématie blanche ne concerne pas qu’une seule personnalité. Donald Trump n’est certainement pas le premier homme politique à exploiter l’architecture de l’internet de cette manière, et il ne sera pas le dernier. Nous avons besoin de solutions qui ne commencent pas après que des dommages incalculables aient été causés.

Pour changer ces dynamiques dangereuses, il ne suffit pas de réduire temporairement au silence ou de retirer définitivement les mauvais acteurs des plateformes de médias sociaux.

Il faut également prendre des mesures supplémentaires précises et spécifiques :

Révéler qui paie les publicités, combien elles coûtent et qui est visé.

S’engager à une transparence significative des algorithmes des plateformes afin que nous sachions comment et quel contenu est amplifié, à qui, et l’impact associé.

Activer par défaut les outils permettant d’amplifier les voix factuelles par rapport à la désinformation.

Travailler avec des chercheurs indépendants pour faciliter des études approfondies sur l’impact des plateformes sur les personnes et nos sociétés, et sur ce que nous pouvons faire pour améliorer les choses.

Ce sont des actions que les plateformes peuvent et doivent engager dès aujourd’hui. La réponse n’est pas d’éliminer l’internet, mais d’en construire un meilleur qui puisse résister et se préparer à ce type de défis. C’est ainsi que nous pouvons commencer à le faire.

Source Mozilla


Mozilla (Firefox) est très Black Lives Matter.

Publicité