PARTAGER

On arrête pas le progrèèèèèès les amis, et le progrèèèèès c’est qu’il faut se faire arracher le doigt par les voleurs pour donner nos sous… pardon, pour valider nos achats!

Je préfère encore donner un code à 4 chiffres que l’un de mes 10 doigts!

« BNP Paribas va lancer cet automne une carte bancaire biométrique. Plutôt que de taper un code à 4 chiffres, la transaction sera validée en déposant son empreinte digitale sur la carte. Une première en France.
A la faveur de la pandémie de coronavirus, le paiement sans contact a été érigé en acte citoyen afin de limiter les contaminations, si bien que le plafond d’utilisation a été rehaussé à 50 euros par transaction. C’est dans ce contexte que BNP Paribas s’apprête à lancer officiellement en France la toute première carte bancaire intégrant un lecteur d’empreintes digitales, a révélé ce 24 juin Le Parisien. « Nous serons les premiers cet automne à proposer un premier lot de 10 000 à 15 000 cartes biométriques Visa Premier », assure ainsi Jean-Marie Dragon, responsable monétique et paiements innovants chez BNP Paribas, dans les colonnes du quotidien.

Comme avec le paiement sans contact, les détenteurs de cette carte n’auront plus besoin de taper leur code. La transaction sera sécurisée en apposant leur doigt sur le détecteur d’empreintes de la carte, tout comme vous pouvez le faire lorsque vous déverrouillez votre smartphone via le Touch ID des iPhones ou le Fingerprint des téléphones Android. Par mesure de sécurité toutefois, au moment d’activer la carte biométrique, le client devra « effectuer un premier paiement sur un terminal de paiement électronique avec saisie du code confidentiel », détaille Le Parisien. Autre particularité : à la réception de sa carte biométrique, son utilisateur recevra aussi un boîtier métallique permettant d’enregistrer au préalable ses empreintes de doigts ».

Cette carte est utile pour la « contamination » mais elle pose d’autre problème comme le fait par exemple de ne plus pouvoir être prêté notamment aux enfants. Combien de personnes font des achats en France avec une carte qui n’est pas à eux, et je ne parle des voleurs mais des usages normaux lié à la vie quotidienne. Cette assistante de vie qui fait les courses de la petite mamie, ce gamin qui part payer avec la carte de ses parents, sans oublier le danger physique que cela peut faire peser sur les porteurs en cas d’agression. Bref, il faudra observer le succès ou pas de cette carte.

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source : Insolentiae

Publicité