PARTAGER

À partir de quel niveau de revenus est-on « riche » ? Un rapport permet de savoir où l’on se situe

Sacrée question n’est-ce pas ?

Et la réponse apportée n’est pas franchement satisfaisante.

Il est de bon ton de dire que la richesse est relative, que ça dépend de qui, de quoi, de où, de quand et de comment.

Etant un économiste de grenier, je suis un homme simple.

Alors pour moi c’est quoi la richesse (je parle de la richesse monétaire ici, pas de la richesse humaine ou spirituelle bien plus précieuse encore).

Je considère comme riche toute personne dont les revenus dépassent les 20 000 euros pour le foyer et peu importe le nombre d’enfants ! Avec 20 000 euros tous les mois on est effectivement riche ! Pas très riche, mais suffisamment riche pour ne pas avoir à compter.

Entre 10 et 20 000 euros dans le foyer on est bourgeois et très à l’aise.

En dessous de 10 000 euros pour un foyer on fait partie de la classe moyenne, car 10 000 euros c’est certes beaucoup d’argent, mais pas suffisamment pour être riche et ne plus beaucoup compter.

Entre 4 et 10 000 euros vous avez donc les classes moyennes. Deux profs gagnent 6 000 euros par mois. Ils ne sont pas riches, mais si loin que cela des 10 000 euros par mois…

En dessous de 4 000 euros pour un foyer et je parle d’une famille donc au moins papa, maman et deux enfants (mais cela peut-être un ou 3 et toutes les variations possibles du genre), on n’est pas forcément pauvre mais on est soumis aux difficultés et aux aléas de la vie.

Si vous me demandez à moi, petit économiste ce qu’est la définition de la richesse ou de la pauvreté c’est simple, très simple, c’est la limite qui sépare celui qui a peur de chaque fin de mois de celui qui ne la craint pas.

Etre riche, c’est ne plus avoir à redouter la panne de voiture, ne plus redouter la vidange ou le changement de roues, sans parler du contrôle technique. Etre riche, c’est ne pas être anxieux lorsqu’arrive la note de chauffage d’EDF ou la nécessité de remplir la cuve à fioul.

Ce qui sépare le fait d’être objectivement riche du fait d’être objectivement pauvre, c’est cela. La précarité financière face aux contraintes de la vie.

Si vous avez la chance, non pas de ne pas compter, mais de ne pas avoir peur de la fin du mois alors vous êtes « riche ». 

Vous êtes riche, ou plus précisément vous n’êtes plus pauvre ! Pour être « riche » et ne pas avoir peur de la fin du mois, une bonne gestion est essentielle. Les roues de Dacia coûtent beaucoup moins cher que celles d’une Cayenne… Une maison normande est beaucoup moins onéreuse qu’un appartement le long du Champs de Mars.

Voilà la véritable limite entre richesse et pauvreté.

Pour le reste, la pauvreté n’a jamais été synonyme de gentillesse, ce monde est rempli de pauvres mesquins et méchants, et de riches abjects.

En réalité c’est rarement l’argent qui définit ce que vous êtes intrinsèquement mais ce qui est certain, c’est que rejeter la richesse, les riches et l’ambition c’est le meilleur moyen pour créer un monde de pauvreté.

Cette étude affirme qu’être riche c’est à partir de 3 470 euros…

Ce seuil est très bas, et on n’est pas riche avec 3 500 euros. Mais ce qui est certain, c’est que celui qui gère ses sous et ses 3 500 euros par mois, n’a normalement pas trop peur de la fin du mois… finalement ce seuil rejoins assez bien mon analyse d’économiste de grenier avec un bémol tout de même !

Il ne faut pas confondre le fait de ne plus être pauvre avec celui d’être devenu riche !!

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source : Insolentiae

Publicité