PARTAGER

Roberto Mancini ne s’autorise plus à faire le signe de croix sur un terrain de football, pour ne pas que le pape “se mette en colère”.

Un pape ne devrait-il pas être le premier promoteur de la religion catholique ? Pourtant, dans un entretien accordé à la télévision italienne TG5, le sélectionneur de l’équipe d’Italie de football a fait état d’une déclaration du pape François pour le moins troublante, rapporte le site Breizh info.

« Depuis ce jour, je ne le fais plus »

Ainsi, selon l’ancien footballeur international, le souverain pontife l’aurait encouragé à ne plus se signer sur un terrain de football. « Je faisais ça en espérant que rien ne se passe pendant le match, puis on est allé voir le pape. Il a dit : ‘Pourquoi faites-vous le signe de croix, n’avez-vous pas d’autres pensées à ce moment-là ?’. Alors depuis ce jour, je ne le fais plus. Je ne voudrais pas que le pape se mette en colère », a-t-il expliqué.

Roberto Mancini est catholique depuis sa plus tendre enfance, et ne s’en est jamais caché. Petit, sa vie « se partageait entre l’école, la maison et la paroisse », a-t-il confié à la télévision italienne. Mais depuis cette injonction du pape, il ne s’autorisera plus à exprimer publiquement sa foi.

L’importance de l’identité pour le pape

Pourtant, comme le soulève Breizh info, l’évêque de Rome semble attaché à l’identité. Ainsi, en avril 2019, il déclarait : « Nous ne sommes pas des champignons, nés seuls : nous sommes des gens nés dans une famille, dans un peuple et souvent cette culture liquide nous fait oublier l’appartenance à un peuple. Une critique que je ferais, c’est le manque de patriotisme. Le patriotisme, ce n’est pas seulement aller chanter l’hymne national ou rendre hommage au drapeau. Le patriotisme, c’est l’appartenance à une terre, une histoire, une culture ». La culture italienne, empreinte de christianisme, semble avoir échappé au souverain pontife dans le cas de Roberto Mancini…

Source VA

Publicité