PARTAGER

Dimanche 9 juin 2019, une centaine de tombes ont été profanées dans un cimetière de Toulouse. Le maire, Jean-Luc Moudenc a constaté les dégâts dans la matinée. Ce que l’on sait.

Dimanche 9 juin 2019, une centaine de tombes ont été dégradées et profanées au cimetière de Terre-Cabade, le plus grand cimetière de Toulouse qui s’étend sur 33 hectares.

Les dégradations ont été constatées par le gardien du cimetière aux environs de 7 h. Le cimetière a immédiatement été fermé au public.

L’entrée d’une tombe saccagée, des crucifix brisés

« Ce sont des dégradations de très très grande ampleur », a constaté le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui s’est rendu sur place en fin de matinée.

Ces dégradations ont été relevées en plusieurs endroits du cimetière. Une tombe a été éventrée. Pour le reste, les dégradations ne portent pas sur les tombes elles-mêmes mais sur les ornements annexes : crucifix, colonnes, vases et bas à fleurs, plaques de souvenirs qui ont été renversés et brisés. Il y a eu un ciblage sur les crucifix qui ont été brisés et c’est quelque chose qu’on n’a jamais vu ici, a-t-il indiqué suite à sa visite du cimetière.

Pas de signature ni de slogan

Pour l’heure, difficile de dire qui a bien pu agir de la sorte a rajouté le maire.

« Nous n’avons pas de témoignage, pas de trace ni d’effet particuliers, pas de signature ni de slogan et de symboles qui permettraient d’identifier quelque chose.

Les tombes concernées par les dégradations sont de confession chrétienne a précisé Jean-Luc Moudenc, « dans un cimetière qui de par son ancienneté n’est constitué dans sa large majorité que par des tombes de cette confession ». Aucune tombe de confession musulmane ou de confession juive n’ont été touchées selon les premières constatations.

En vidéo, la réaction du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

La liste des tombes touchées diffusée mardi

Jean-Luc Moudenc a indiqué qu’il va porter plainte. Une enquête est ouverte.  La police s’est rendue sur place dans la matinée.  Avec ses moyens techniques, via des prélèvements et ses clichés photographiques, elle devra tenter d’identifier l’auteur ou les auteurs de ces dégradations.

Il a par ailleurs précisé que le service municipal en charge du cimetière est en train d’effectuer un relevé précis des tombes dégradées pour pouvoir communiquer des informations aux familles.

La liste des tombes victimes de ces actes sera affichée sur le site du cimetière et disponible sur www.toulouse.fr et www.toulouse-metropole.fr à partir du mardi 11 juin, a indiqué la mairie de Toulouse dimanche dans l’après-midi.

Source actu.fr

Publicité
loading...