PARTAGER
les religieuses fabriquent deux cents masques par jour. Photo DR

Les sœurs de la Consolation, à Draguignan, fabriquent bénévolement depuis vendredi 20 mars, des masques sanitaires.

« C’est une demande du maire (Richard Strambio, NDLR) devant la pénurie de masques, explique la prieure, sœur Agnès, il sait que nous sommes expertes en couture ». Les vingt-cinq religieuses vivent en effet du travail de leurs mains, elles ont un atelier de confection et d’ornement sacerdotaux, d’aubes, de bannières, etc. Et un autre de d’artisanat. Leur équipement – cinq machines à coudre – et leur savoir-faire leur permettent de réaliser une centaine de masques par jour au début, deux cents aujourd’hui parce qu’elles y consacrent plus de temps.

« La demande est énorme, nous faisons tout ce que nous pouvons faire, et le maire en personne vient les chercher » précise-t-elle.

La patron a été fourni par le CHU de Grenoble. Coupe, préparation des plis, piquage, ou repassage « chacune participe en fonction de ses compétences », précise sœur Agnès.
 C’est notre vocation

Elles ont commencé avec du tissu en coton blanc qu’elles avaient dans leur réserve. Puis Richard Strambio leur a fourni une pièce de polyester bleue pour que les masques puissent être lavés à 60 degrés. « Ils ne sont pas jetables et il en faut deux par personne pour en avoir toujours un de propre, selon sœur Agnès. Bientôt, il y en aura des roses, des rayés, ce sera très joli. Cela va mettre du baume au cœur des gens ».

Les masques sont destinés aux agents municipaux de contact, aux policiers municipaux, aux sapeurs-pompiers, aux animateurs… « On a fourni aussi des pharmacies. C’est toute de même terrible que la population qui est sur le front de l’épidémie, soit démunie » commente la prieure.
« Nous partageons notre temps entre la fabrication des masques et la prière, ajoute-t-elle. A la demande de notre évêque, nous assurons une adoration continue, que nous animons et qui est en direct sur Youtube pour soutenir la population dans la prière et les aider concrètement avec la fabrication des masques. Nous sommes contentes car tout cela correspond à notre vocation, consoler Jésus et consoler nos frères ».
Vivant au monastère de la Consolation, les religieuses ne sont pas cloîtrées. Elles demandent néanmoins à la population de ne pas sonner au monastère pour venir chercher des masques. « Il ne faut pas faire n’importe quoi, il faut rester chez soi ».

Si vous voulez les encourager, il est possible de faire un don pour soutenir les sœurs qui utilisent tout leur stock de tissu sur ce lien :


La paroisse est solidaire
La paroisse de Draguignan est solidaire de cette action. Elle a également fait passer le message auprès de ses ouailles. « Depuis mardi, des paroissiennes les confectionnent aussi chez elles. Nous les collectons et les portons à ceux qui en ont fait la demande, notamment l’association des paralysés de France » indique le père José Van Oost. Le curé prépare, avec les bénévoles du Secours catholique, une distribution de colis alimentaires pour les personnes les plus défavorisées.

Source : Var Matin

Publicité
loading...