PARTAGER

Invité de l’émission « Vous avez la parole » sur France 2, le Premier ministre a eu bien du mal à justifier pourquoi il n’avait pas téléchargé l’application vantée à l’envi par le gouvernement.

Jean Castex ne fait pas partie des trois millions de personnes qui ont téléchargé StopCovid. Le chef du gouvernement, invité de l’émission “Vous avez la parole” ce jeudi 24 septembre, a confessé ne pas s’être doté de l’application censée contribuer à juguler l’épidémie de coronavirus, malgré les recommandations de son gouvernement et l’entrain de son secrétaire d’État chargé du Numérique, Cédric O.

Et il n’est pas le seul. À la question de savoir qui avait téléchargé StopCovid, Marlène Schiappa et Éric Dupond-Moretti, parmi la quinzaine de ministres présents dans le public, ont également répondu par la négative.

“Non, je n’ai pas téléchargé l’application StopCovid”, a d’abord lancé le chef du gouvernement, provoquant l’étonnement de l’assistance, avant de tenter une explication, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l’article: “C’est intéressant quand vous allez dans le métro, quand vous croisez du monde mais je ne prends plus le métro même si je le regrette. Je vois beaucoup moins de monde aujourd’hui.”

Pas à la hauteur des attentes

De l’aveu même du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, StopCovid n’a “pas trouvé son public”, avec moins de trois millions de téléchargements.

Interrogé à la fin août sur le manque de communication du gouvernement sur cette application lancée au printemps dernier, le chef du gouvernement expliquait “convenir” qu’elle n’avait “pas obtenu les résultats qu’on en espérait”. Mais “nous savions que tester grandeur nature pour la première fois de tels outils dans le cas de cette épidémie serait particulièrement difficile” et “nous ne sommes pas le seul pays à faire ce même constat”, ajoutait-il sur France Inter.

StopCovid devait permettre à ses utilisateurs d’être prévenus s’ils ont croisé récemment, à moins d’un mètre et pendant plus de 15 minutes, un autre utilisateur qui s’est découvert contaminé par le coronavirus. Selon un récent décompte de la Direction générale de la santé (DGS), seules 1500 personnes ont signalé un diagnostic positif sur l’application.

Source : Huffingtonpost

Publicité