PARTAGER

Une Américaine a vécu une expérience terrifiante après un test PCR de détection du coronavirus. Celui-ci a en effet percé la paroi de son cerveau.

La quadragénaire devait se faire tester en vue d’une opération d’une hernie. Au moment du test, Jarrett Walsh, qui travaille à l’hôpital universitaire de l’Iowa, avait constaté qu’un liquide transparent s’échappait d’une de ses narines.

Peu après, la patiente avait développé plusieurs symptômes : vomissements, maux de tête, sensibilité à la lumière ainsi qu’une raideur au niveau de la nuque.

Après examen, l’équipe médicale a découvert que le test nasal avait percé la paroi du cerveau, provoquant une fuite du liquide céphalo-rachidien et une irritation de la paroi du cerveau. Ce, qui aurait pu provoquer une infection mortelle. Fort heureusement, l’Américaine a été prise en charge à temps et opérée avec succès.

Selon les médecins, qui rapportent ce cas dans la revue médicale JAMA Otolaryngology-Head & Neck Surgery, un problème médical non diagnostiqué jusqu’à présent et le fait que le test a été réalisé trop haut dans la narine, expliqueraient les faits.

Les médecins ont en effet découvert que la quadragénaire souffrait d’une encéphalocèle –  soit quand la paroi du cerveau déborde vers les fosses nasales – consécutif au traitement dans le passé d’une hypertension intracrânienne.

Des circonstances précises qui confirment que les risques pour la population sont très faibles.

Source cnews

Publicité