PARTAGER
Le professeur Delfraissy, président du Conseil scientifique. // Photo AFP

Plusieurs médias américains ont obtenu des milliers d’échanges entre Anthony Fauci et de nombreuses personnalités liées de près ou de loin à la pandémie de Covid-19. Un e-mail envoyé par le professeur Jean-François Delfraissy évoque la désorganisation de la France concernant les lits en réanimation, les tests et la fameuse hydroxychloroquine.

Les révélations concernent le célèbre immunologue américain Anthony Fauci, mais elles ont des répercussions inattendues jusqu’en France. Mercredi 2 juin, plusieurs médias américains ont dévoilé le contenu de milliers d’e-mails (lien en anglais) envoyés ou reçus par la figure la plus mondialement célèbre de la pandémie de Covid-19.

Un e-mail en particulier a retenu l’attention des observateurs français: Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, a contacté Anthony Fauci le 25 mars 2020 pour lui demander des conseils et se plaindre de « la pression politique » autour de l’autorisation de l’hydroxychloroquine, mise en lumière par Didier Raoult et dont le président Donald Trump était, à l’époque, le meilleur VRP.

« Je subis une pression énorme »

On est au tout début du premier confinement, et Jean-François Delfraissy détaille à son « homologue » américain l’organisation du Conseil scientifique et les modalités du confinement hexagonal. Evoquant les limites du modèle français, il fustige le « nombre limité de tests » alors disponibles dans notre pays. Avant de prévoir des difficultés face à la pénurie de lits en réanimation « dans certaines régions de France ».

La très controversée hydroxychloroquine, médicament qui revient dans de nombreuses conversations numériques tenues par Anthony Fauci et ses correspondants, est également évoquée. « Ses données ne sont pas convaincantes », prévient le professeur français. La phrase suivante s’avère légèrement plus polémique. « Je subis une pression politique énorme pour autoriser l’hydroxychloroquine et en donner à tout le monde », écrit-il. De qui parle-t-il exactement?

La chloroquine, traitement expérimental controversé

Des proches du médecin expliquent aujourd’hui auprès de BFMTV « qu’il faut se rappeler du contexte de l’époque, avec des pressions de tous bords pour libéraliser l’usage de l’hydroxychloroquine », tout en restant flous sur lesdites sources des pressions subies à l’époque. La molécule popularisée par le professeur de microbiologie de Marseille Didier Raoult était au centre des discussions au début de la pandémie.

Traitement expérimental prescrit aux patients de l’IHU Méditerranée et encensé par plusieurs personnalités politiques, dont le maire de Nice Christian Estrosi ou encore Philippe de Villiers, son obtention a finalement été soumise à une ordonnance préalable d’un médecin par le ministère de la Santé. Emmanuel Macron avait même rencontré Didier Raoult en avril 2020, et a continué d’échanger avec lui pendant une bonne partie de la pandémie de Covid-19.

En profitant du Freedom of Information Act, qui leur permet d’avoir accès à la correspondance des officiels de santé publique, BuzzFeedNews a surtout dévoilé un Anthony Fauci lui aussi sous pression, assailli de questions de la part d’une multitude de personnalités politiques et médiatiques, dont certains n’ont rien à voir avec le monde médical. Parmi elles, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

Source : Var Matin

Publicité