PARTAGER

En plein rebond de l’épidémie de Covid-19, Belgrade a été pendant deux nuits consécutives le théâtre de violents heurts entre la police et des manifestants protestant contre la réintroduction d’un couvre-feu intégral. Le gouvernement y a finalement renoncé.

Scènes de chaos à Belgrade, les manifestations tournent à l’affrontement avec les forces de l’ordre, la police montée disperse les manifestants “, titre Blic ce jeudi 9 juillet. “La police sort les blindés pour repousser les manifestants, à coups de gaz lacrymogène”, ajoute Danas.

Le quotidien de Belgrade explique que mercredi 8 juillet au soir, le mouvement de contestation a commencé dans le calme devant la Faculté des lettres de la capitale, où les leaders de l’opposition démocratique avaient exigé “la nomination d’une cellule de crise dépolitisée pour lutter contre l’épidémie, et une enquête sur l’usage de la violence par la gendarmerie”, la cellule actuelle étant accusée d’être au service du pouvoir.

Toutefois, les manifestations ont dégénéré devant le Parlement serbe, “lorsqu’un groupe de manifestants a commencé à jeter des pierres et des cocktails Molotov sur la police, puis à casser les barrières de protection du Parlement”, précise Danas. Les chefs de l’opposition ont eux aussi été visés par certains manifestants.

“Des manifestants de toutes orientations politiques”

“Les extrémistes se sont emparés du mouvement de contestation”, relaye Blic, emboîtant le pas du président serbe, Aleksandar Vucic, qui accuse “les membres d’organisations d’extrême droite et pro-fascistes” d’avoir fomenté les incidents : “Ces

[…]

Source CourrierInternational

Publicité