PARTAGER
© AFP 2021 THOMAS SAMSON

Interrogée sur France 5 sur la vaccination d’Olivier Véran devant plusieurs journalistes cette semaine, Roselyne Bachelot a dit que son collègue était «plutôt beau gosse» et qu’elle lui avait même donné un surnom: «joli thorax».

Invitée le 12 février de «C à vous», sur France 5, la ministre de la Culture a été amenée à donner son avis sur la vaccination d’Olivier Véran qui a eu lieu le 8 février.

«Vous vous êtes fait quelle réflexion en voyant ces images?», lui a demandé la journaliste.

«La première, c’est que la petite chemise sur le téton, là, c’était bien. Il est plutôt beau gosse, alors je lui ai donné un surnom: je l’appelle maintenant « joli thorax »», a répondu la ministre de la Culture, en référence à Jolitorax, le cousin germain breton d’Astérix.

Roselyne Bachelot a toutefois estimé que se faire vacciner devant les caméras ne changeait pas la donne parce que «finalement, il y a deux catégories: ceux qui ont déjà décidé de se faire vacciner […] et c’est maintenant la majorité des Français, la vaccination a gagné son combat; puis ceux qui sont anti-vaccins et ce n’est pas l’image d’un ministre qui se fait vacciner…».

Elle est en outre revenue sur sa situation personnelle: «On m’a dit: « vous ne vous êtes pas fait vacciner avec le vrai vaccin » en 2009 (une large campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1), ndlr), on m’a accusée d’avoir reçu une piqure de sérum physiologique. Vous savez, quand on a décidé de tuer son chien, on dit qu’il est enragé.»

Véran reçoit une première dose d’AstraZeneca

Le 8 février, Olivier Véran a reçu au centre hospitalier de Melun une première dose d’AstraZeneca contre le Covid-19. Il a affirmé qu’il y reviendrait dans neuf à douze semaines afin de recevoir sa deuxième injection.

Interrogé concernant l’efficacité de ce vaccin sur le variant sud-africain, alors que les autorités sanitaires d’Afrique du Sud ont suspendu dimanche la campagne de vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca, M.Véran s’est voulu rassurant et a répondu que ce variant était très peu présent sur le territoire français.

Source : Sputnik France

Publicité