PARTAGER
Illustration. Photo Dylan Meiffret

Les préfets ont été appelés à identifier dans leurs départements des « lieux » où « les corps pourraient être conservés dans la dignité dans l’attente de leur inhumation », a expliqué vendredi soir la porte-parole du ministère de l’Intérieur, Camille Chaize.

Elle s’exprimait lors du point de presse quotidien sur l’épidémie du Covid-19 du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.

Elle a précisé qu’un « travail (était) conduit avec les acteurs » de ce secteur « pour simplifier la cérémonie funéraire« .

Mme Chaize a précisé que « les proches pourraient voir le visage du défunt » sans « risque sanitaire » pour eux.

Les obsèques des victimes du coronavirus sont très succinctes et se déroulent dans la plus stricte intimité (pas plus de 20 personnes, a rappelé Mme Chaize). Des familles ont fait part de leur grande émotion de ne pas avoir pu voir le visage de leur défunt.

La porte-parole a en outre annoncé que les personnels des pompes funèbres seraient inscrits sur la liste « des bénéficiaires prioritaires des personnels protégés » afin d’avoir tous les moyens nécessaires à leur protection.

Par ailleurs, concernant la décision d’interdire les marchés « couverts et ouverts« , Mme Chaize a précisé qu’un maire pourrait demander au préfet « l’autorisation de l’ouverture d’un marché alimentaire », à la condition qu’il y ait « un strict respect des consignes sanitaires« .

« Cela permet dans les villes de petite taille de maintenir un point d’approvisionnement de proximité« , a-t-elle dit.

La France compte désormais près de 2.000 décès dus au nouveau coronavirus depuis le début de l’épidémie, dont près de 300 survenus en 24 heures, selon le bilan officiel communiqué vendredi soir.

Ce bilan (1.995 décès) a été multiplié par quatre dans les hôpitaux en une semaine.

Source : Var matin

Publicité
loading...