PARTAGER
Le service de réanimation de l'hôpital Bonnet à Fréjus à l'heure de la Covid-19. Photo Philippe Arnassan

Est-il vrai que les soignants positifs à la Covid-19 et asymptomatiques peuvent continuer à travailler ?

Question de Axelle

Est-il vrai que les soignants positifs à la Covid-19 et asymptomatiques peuvent vraiment continuer à travailler ?

Bonjour Axelle,

Depuis le lundi 3 janvier, les soignants positifs asymptomatiques peuvent effectivement continuer à venir travailler.

La décision a été prise au moment où la vague Omicron commençait à déferler sur la France, les autorités craignant un afflux massif de patients dans les hôpitaux.

Dans une note publiée le dimanche 2 janvier, la direction générale de la Santé (DGS), évoque « la très grande tension sanitaire » liée à la vague des variants Delta et Omicron pour expliquer ce choix. « Une dérogation exceptionnelle à l’isolement pour les activités essentielles dans le secteur sanitaire et médico-social pour les cas asymptomatiques et pauci-symptomatiques (ndlr: ayant peu de symptômes) est possible dans les conditions fixées par le MARS n°2022_01″, peut-on y lire.

Plusieurs conditions doivent être réunies

Traduction? Oui, les soignants positifs à la Covid-19 peuvent être appelés à travailler mais sous certaines conditions.

Les premières: être asymptomatique, ne pas tousser et être vacciné. Les soignants concernés ne voient pas  avoir « de signes respiratoires d’excrétion virale comme la toux et les éternuements et disposent d’un schéma vaccinal complet », précise la note de la DGS.

Ils devront également « scrupuleusement respecter les gestes et mesures barrières, ne sont pas autorisés à participer aux moments collectifs ne permettant pas le port du masque en continu et doivent limiter au maximum leurs contacts avec les autres professionnels. »

Enfin, ces soignants ne pourront pas travailler dans n’importe quel service à l’hôpital. « Dans la mesure du possible, ces personnels devront être prioritairement affectés à des activités ne nécessitant pas le contact avec des patients à risque de forme grave de covid-19 ou en situation d’échec vaccinal », précise le document de la DGS.

Cordialement.

 

Source : Var Matin

Publicité