PARTAGER
CC BY 2.0 / NIAID / Novel Coronavirus SARS-CoV-2

Après que l’OMS a baptisé Omicron le nouveau variant préoccupant du SRAS-CoV-2, de nombreuses personnes se sont demandé pourquoi l’Organisation avait sauté les lettres Nu et Xi. Une réponse a été rapidement apportée.

La décision de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de choisir la lettre grecque Omicron et non Nu ou Xi pour baptiser le nouveau variant du coronavirus a interrogé les internautes et journalistes. Certains ont supposé qu’elle ne voulait pas offenser le Président chinois Xi Jinping.

Samedi 27 novembre, au lendemain de l’annonce de l’apparition du variant Omicron, l’OMS a partiellement confirmé cette hypothèse. Elle a notamment déclaré à Reuters que la lettre Nu avait été ignorée parce qu’il est « trop facile de la confondre » avec l’adjectif anglais New, alors que Xi n’avait pas été utilisé « car c’est un nom de famille courant ».
« Les meilleures pratiques de l’OMS pour nommer les maladies suggèrent d’éviter d’offenser tout groupe culturel, social, national, régional, professionnel ou ethnique », a-t-elle ajouté dans le communiqué.
C’est la première fois que l’Organisation a sauté des lettres pour nommer un nouveau variant préoccupant du coronavirus.
Le problème de la dénomination
Depuis le début de la pandémie, les noms utilisés ont été le sujet de controverses. Par exemple, Donald Trump n’hésitait pas à parler de « virus chinois » malgré le fait que ses origines n’ont pas été établies. En conséquence, de nombreux cas d’agressions et de harcèlements envers des personnes asiatiques ont été constatés aux États-Unis.
Même si les virus sont souvent baptisés d’après les lieux où ils sont censés avoir émergé, comme le virus Ebola, qui tire son nom d’une rivière congolaise, cette approche peut parfois induire en erreur. C’est notamment le cas de la pandémie de grippe espagnole dont les origines sont toujours inconnues. La presse espagnole avait en réalité été la première à écrire dessus, les premiers cas ayant été en revanche détectés dans l’État américain du Kansas.
C’est pour cette raison que L’OMS a finalement exhorté à éviter d’utiliser des noms de pays en association avec des variants émergents. Le choix de l’alphabet grec est intervenu en mai 2021 après des mois de délibérations au cours desquelles d’autres possibilités comme les noms de dieux grecs ou des noms pseudo-classiques inventés ont été envisagées, raconte Reuters.
Actuellement Alpha, Beta, Gamma et Delta désigne des « variants préoccupants » comme Omicron. D’autres, comme Kappa, Lambda, et Mu, ont été choisis pour des « variants d’intérêt ».

Source : Sputnik

Publicité