PARTAGER
© AP Photo / Matt Slocum

Suivant l’exemple de plusieurs pays scandinaves où le vaccin de Moderna a été suspendu ou fortement déconseillé aux plus jeunes vu des risques accrus pour la santé, la Haute Autorité de Santé (HAS) fait de même pour les doses de rappel en France.

La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande désormais uniquement l’utilisation du vaccin de Pfizer pour les doses de rappel. En cause, les risques accrus pour la santé des patients, surtout des jeunes.
Dans un communiqué publié le 15 octobre, la HAS indique que si l’utilisation du Moderna (Spikevax) n’était pas écartée pour le rappel vaccinal dans l’avis du 6 octobre, il a à cet égard été ajusté.

« En fin de semaine dernière, les pays scandinaves ont annoncé qu’ils porteraient à la connaissance de l’EMA des études portant sur un possible risque accru de myocardites et péricardites lié à l’usage du vaccin Spikevax », précise la HAS en ajoutant qu’ »en toute hypothèse, celles-ci demeurent rares et spontanément résolutives dans la quasi-totalité des cas ».
La Suède, la Finlande, la Norvège, le Danemark et l’Islande avaient déjà opté pour cette décision. Par exemple, l’autorité de santé publique finlandaise (FHM) a « mis en pause l’usage du vaccin Spikevax de Moderna pour tous ceux nés en 1991 et après, par principe de précaution ».
Parallèlement, l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) retarde le Moderna pour les adolescents de 12-17 ans afin d’examiner un effet secondaire, celui de la myocardite rare.
« Position de prudence »
La Haute autorité de Santé a donc décidé de « revenir plus strictement à une position de prudence et à recommander d’attendre l’avis de l’EMA pour poursuivre l’usage du Spikevax en rappel ».
Quant au Pfizer, il demeure le seul à avoir déjà obtenu l’extension d’Autorisation de mise sur le marché (AMM). La HAS recommande ainsi « de s’en tenir aux règles de droit commun » et de n’utiliser que celui-ci pour les rappels.
La HAS a par ailleurs noté qu’elle « n’avait pas remis en cause [l’usage pour les doses de rappel] de Spikevax, pour ne pas désorganiser la campagne en cours. »
« Récupérons les données, analysons-les, et on verra s’il faut décider quelque chose », déclarait la semaine dernière auprès du Parisien Mathieu Molimard, chef du service de pharmacologie médicale au CHU de Bordeaux.
Qui est éligible au rappel vaccinal?
Outre les résidents des Ehpad et les personnes de plus de 65 ans, sont éligibles au rappel vaccinal en France celles atteintes de comorbidité, les immunodéprimés ainsi que leur entourage, mais aussi les professionnels de la santé travaillant avec des gens vulnérables.

Source : Sputnik

Publicité