PARTAGER
Il ne sera pas possible pour les Dr. Fauci du monde de rejeter le professeur Giuseppe Tritto comme un excentrique.

Non seulement il est un expert de renommée internationale en biotechnologie et nanotechnologie qui a eu une brillante carrière universitaire, mais il est également le président de l’Académie mondiale des sciences et technologies biomédicales (WABT), une institution fondée sous l’égide de l’UNESCO en 1997.

En d’autres termes, c’est un homme d’une stature considérable dans la communauté scientifique mondiale.
Tout aussi important, l’un des objectifs de la WABT est d’analyser l’effet des biotechnologies – comme le génie génétique – sur l’humanité.
Dans son nouveau livre, ce scientifique de classe mondiale fait exactement cela.
Et ce qu’il dit, c’est que le virus chinois n’était certainement pas un monstre de la nature qui a franchi par hasard la barrière des espèces, de la chauve-souris à l’homme.
Il a été génétiquement modifié dans le laboratoire P4 (hautement confiné) de l’Institut de virologie de Wuhan dans le cadre d’un programme supervisé par l’armée chinoise.
Le livre du professeur Tritto, qui n’est pour l’instant disponible qu’en italien, s’intitule Cina COVID 19 : La Chimera che ha cambiato il Mondo (COVID 19 en Chine : La chimère qui a changé le monde).
Il a été publié le 4 août par une importante presse italienne, Edizioni Cantagalli, qui a également publié, par coïncidence, l’édition italienne d’un de mes livres, Contrôle démographique (Controllo Demografico en italien) il y a plusieurs années.

Ce qui distingue le livre du professeur Tritto est le fait qu’il démontre – de façon concluante, à mon avis – la voie par laquelle un coronavirus appartenant à l’APL a été génétiquement modifié pour devenir le virus chinois qui ravage actuellement le monde. 
Son récit ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’une « chimère », un organisme créé dans un laboratoire.

Il fait également le lien entre les points reliant le laboratoire de Wuhan à la France et aux États-Unis, montrant comment les deux pays ont fourni une aide financière et scientifique aux Chinois alors qu’ils commençaient à mener des expériences de bio-ingénierie toujours plus dangereuses

Bien que ni les virologistes américains ni les virologistes français ne soient responsables du résultat final – un coronavirus hautement infectieux et une pandémie mondiale – leur implication précoce peut expliquer pourquoi tant de personnes insistent sur le fait que la « chimère » doit venir de la nature.
La dernière chose qu’ils veulent admettre, c’est qu’ils pourraient y être pour quelque chose.
Ceux d’entre nous qui, au début, ont plaidé pour une origine de laboratoire ont été rejetés comme des théoriciens du complot.
Nos articles ont été censurés en tant que « fake news », souvent par des virologistes américains qui savaient parfaitement ce qu’était la vérité, mais préféraient protéger la Chine, et eux-mêmes, d’un examen minutieux de peur d’être eux-mêmes impliqués.

Les 272 pages de noms, dates, lieux et faits du Dr Tritto ne laissent à ces apologistes aucun endroit où se cacher.

L’histoire commence à la suite de l’épidémie de SRAS de 2003, lorsque les Chinois ont tenté de mettre au point des vaccins pour lutter contre cette maladie mortelle.
La Dre Shi Zhengli, dont j’ai déjà parlé, était responsable du programme à l’Institut de virologie de Wuhan.
Dans le développement de vaccins, la génétique inverse est utilisée pour créer des souches virales dont la pathogénicité est réduite, mais auxquelles le système immunitaire répond en créant des anticorps contre le virus.
Mais la génétique inverse peut également être utilisée pour créer des souches virales qui ont une pathogénicité accrue.
C’est ce sur quoi la Dre Shi, encouragée par les experts en armes biologiques de l’APL, a commencé à concentrer de plus en plus ses recherches, selon le professeur Tritto.

La Dre Shi a d’abord sollicité l’aide du gouvernement français, qui a construit le laboratoire P4, et de l’Institut Pasteur du pays, qui lui a montré comment manipuler les génomes du VIH.
La méthode d’insertion des gènes utilisée porte le nom de « reverse genetics system 2 ».
Grâce à cette méthode, elle a inséré un segment du VIH dans un coronavirus découvert chez les chauves-souris fer à cheval pour le rendre plus infectieux et plus mortel.
Les États-Unis étaient également impliqués, en particulier le professeur Ralph S. Baric, de l’université de Caroline du Nord, qui bénéficiait d’importantes subventions du National Institute of Allergy and Infectious Disease.  
Il s’agit, bien sûr, de la boutique du Dr Anthony Fauci.
Fauci était un grand partisan de la recherche sur le « gain de fonction », et lorsque celle-ci a été interdite dans le laboratoire de Baric parce qu’elle était considérée comme trop dangereuse, la recherche a été transférée en Chine.
Le professeur Tritto pense que, si les recherches de la Dre Shi ont commencé par la mise au point d’un vaccin contre le SRAS, elles se sont progressivement transformées en un effort d’utilisation de la « génétique inverse » pour construire des armes biologiques mortelles.
C’est la raison pour laquelle le laboratoire de Wuhan est devenu le principal centre de recherche en virologie en Chine ces dernières années, attirant un financement et un soutien importants du gouvernement central.
J’ajouterais que la règle dans la Chine sous contrôle communiste est de « laisser le civil soutenir l’armée », ce qui signifie que dès que les recherches de la Dre Shi auraient montré des utilisations militaires potentielles, l’APL aurait commencé à exercer un contrôle sur les recherches.
Cela a été révélé au grand jour avec l’épidémie, lorsque le principal expert chinois en armes biologiques, le général Chen Wei de l’Armée de libération du peuple, a été immédiatement placé à la tête de l’Institut de virologie de Wuhan.
Quant à la Dre Shi Zheng-Li, elle semble avoir disparu.

Comme le Dr Tritto l’a expliqué dans une interview aux médias italiens :

En 2005, après l’épidémie de SRAS, est né l’Institut de virologie de Wuhan, dirigé par la Dre Shi Zheng-Li, qui collecte des coronavirus de certaines espèces de chauves-souris et les recombine avec d’autres composants viraux afin de créer des vaccins. En 2010, elle est entrée en contact avec des chercheurs américains dirigés par le professeur Ralph Baric, qui travaille à son tour sur des virus recombinants basés sur les coronavirus. Grâce aux virus matriciels fournis par Shi, Baric a créé en 2015 une chimère de virus Sars-souris, qui a un effet pathogène sur les cellules humaines analysées in vitro.
À ce moment-là, la collaboration entre la Chine et les États-Unis devient une concurrence. Shi veut travailler sur un virus plus puissant pour fabriquer un vaccin plus performant : il combine un virus de chauve-souris avec un virus de pangolin in vitro et publie en 2017 les résultats de cette recherche dans quelques articles scientifiques.
Ses recherches suscitent l’intérêt du secteur militaire et médico-biologique chinois qui s’occupe des armes biologiques utilisées comme moyen de dissuasion à des fins défensives et offensives. Ainsi, Shi est rejoint par des médecins et des biologistes qui appartiennent à la sphère politico-militaire, comme Guo Deyin, spécialiste des vaccins anti-SIDA et anti-hépatite virale et expert en techniques de recombinaison génétique. L’introduction des nouveaux inserts artificiels dans le génome du virus est le résultat de la collaboration entre l’équipe de Shi et celle de Guo Deyin. La réalisation de cette nouvelle chimère, d’un point de vue scientifique, est un succès. A tel point qu’une fois l’épidémie déclenchée, les deux chercheurs demandent à l’OMS de l’enregistrer comme un nouveau virus, le H-nCoV-19 (Human new Covid 19), et non comme un autre virus dérivé du SRAS. Il est raisonnable de penser que Shi a agi uniquement du point de vue du prestige scientifique, sans toutefois tenir compte des risques en termes de sécurité et des intérêts politico-militaires que ses recherches auraient suscités.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi la Chine avait refusé de fournir le génome complet du virus chinois à l’OMS ou à d’autres pays, le Dr Tritto a expliqué que « fournir la matrice [source] du virus aurait signifié admettre que le SARS-CoV-2 [virus chinois] avait été créé en laboratoire.
En fait, le génome incomplet mis à disposition par la Chine manque de certains inserts d’acides aminés du SIDA, ce qui est en soi une preuve irréfutable ».
La question clé, pour ceux d’entre nous qui vivent la pandémie, concerne le développement d’un vaccin.
Sur ce point, le professeur Tritto n’est pas optimiste :

Étant donné les nombreuses mutations du SARS-CoV-2, il est extrêmement peu probable qu’un seul vaccin bloquant le virus soit trouvé. À l’heure actuelle, 11 souches différentes ont été identifiées : la lignée génétique A2a qui s’est développée en Europe et la lignée génétique B1 qui a pris racine en Amérique du Nord sont plus contagieuses que la souche 0 originaire de Wuhan. Je pense donc qu’il est possible de trouver tout au plus un vaccin polyvalent efficace sur 4 ou 5 souches et donc capable de couvrir 70 à 75 % de la population mondiale.

En d’autres termes, la Chine continue de mentir et des gens continuent de mourir.

En d’autres termes, en cachant au monde le code génétique original du virus chinois qu’il a créé, le parti communiste chinois garantit qu’aucun vaccin totalement efficace ne sera jamais développé par l’Occident.

Source : Profession Gendarme

Publicité