PARTAGER
© AFP 2020 STEPHANE DE SAKUTIN

Bien que la France ait rouvert ses frontières avec ses voisins européens, Olivier Véran a confié aux journaux El Pais et La Repubblica que «rien n’est jamais totalement exclu». Le ministre a pourtant précisé que le confinement «est le dernier scénario qu’on envisage».

Dans une interview accordée aux journaux El Pais et La Repubblica, le ministère de la Santé Olivier Véran n’a pas exclu une nouvelle fermeture des frontières, même si celle-ci n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant en Europe:

«Rien n’est jamais totalement exclu. Ce qui est important, c’est de conserver un principe de réciprocité, d’être toujours dans le dialogue, l’échange et le partage d’informations, et parfois l’harmonisation quand c’est nécessaire. On est en contact permanent entre Européens. L’objectif est d’avancer ensemble».

Pourtant, selon le ministre, bien que «le confinement existe depuis la nuit des temps», il serait plus difficile à mettre en oeuvre dans le cas d’une deuxième vague.

«Ça serait évidemment très difficile. C’est pour ça que c’est le dernier scénario qu’on envisage. Nous avons un scénario de reconfinement progressif, mais qui ne va pas jusqu’au confinement généralisé. (…) Aucun pays ne veut plus paralyser sa vie économique. Pour l’instant, les quelques exemples de reconfinement localisé en Europe ont permis d’éteindre l’incendie», a indiqué Olivier Véran.

La sécurité sanitaire aux frontières renforcée

Prenant la parole le 24 juillet à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, Jean Castex, accompagné des ministres de la Santé et des Transports, a annoncé la décision de renforcer les contrôles sanitaires aux frontières du pays. Les personnes testées positives feront objet d’une quatorzaine, période durant laquelle les autorités les observeront.

Outre les aéroports, des mesures comparables seront mises en place dans les ports.

Ne pas se rendre en Catalogne

Tant que la situation sanitaire ne s’améliore pas, il est recommandé aux citoyens français de ne pas se rendre en Catalogne, a en outre précisé M. Castex. Il a ajouté que la France était en discussion avec les autorités espagnoles et catalanes pour qu’elles veillent à ce que les flux dans l’autre sens «soient les plus limités possibles».

Source : Sputnik France

Publicité