PARTAGER

Une panne récente de Facebook a accidentellement permis de dévoiler les identités de personnes qui gèrent les comptes de personnalités publiques. La panne a été vite résolue, mais ces quelques heures ont suffi pour révéler pas mal de petits secrets. Ainsi, il s’avère que Greta Thunberg ne publie pas elle-même sur les réseaux sociaux. C’est son père, Svante Thunberg, qui écrit à la place de sa fille.

Greta Thunberg n’est-elle donc pas une militante authentique et sincère de la cause climatique? Au vu de cette révélation, son action ressemble plus à un projet politique calculé de Svante Thunberg.

L’homme a récemment donné une interview, pour la chaîne britannique BBC. Svante Thunberg s’y est plaint du bruit médiatique autour de sa famille et a affirmé qu’il ne soutenait pas la grève de sa fille et qu’il voulait qu’elle retourne à l’école. Désormais, il s’avère que tout cela n’est que du bluff.

En consultant l’historique des modifications sur Facebook, jeudi dernier, on a pu voir les noms des personnes qui ont réellement écrit sur ces comptes. Le bug de Facebook n’a duré que quelques heures, mais il a révélé ce que beaucoup soupçonnaient déjà. La grève pour le climat de Greta n’est pas une action spontanée d’une adolescente, mais un projet politico-financier scénarisé et orchestré.

Sur les réseaux sociaux, l’adolescente suédoise n’est qu’un prête-nom pour son père de 50 ans, Svante Thunberg. Car c’est bien lui qui est derrière tout le bruit médiatique de ces derniers mois autour de l’action de sa fille. Dans la vraie vie, elle ne sert qu’à donner un visage à ce montage politico-idéologique dont les origines ont déjà suscité des doutes.

On peut se poser la question sur la présence constante de Svante Thunberg aux côtés de sa fille. Il l’a accompagnée lors de son périple en Amérique et de la traversée de l’Atlantique en voilier de luxe, il se tient près d’elle lors des conférences de presse, maintenant on apprend qu’il gère son Facebook.

J’ai fait toutes ces choses parce que je savais que c’était bien. Je ne l’ai pas fait pour sauver le climat, mais pour sauver mon enfant “, déclare pathétiquement Svante dans une interview à la BBC.

Mais la surprise ne s’arrête pas là. Le père de la “guerrière du climat” n’est pas la seule personne à gérer sa page Facebook, ce qui pourrait éventuellement s’expliquer par un tour de passe-passe sur l’ordinateur familial. En effet, les fans de la page perso de Greta Thunberg, qui sont tout de même plus de 3 millions, lisent les textes écrits par un militant pour le climat et un délégué des Nations Unies pour la question du changement climatique, Adarsh Prathap, un Indien habitant au Kerala, à 10 000 kilomètres de la Suède!

fl24

Publicité