PARTAGER
La centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), le 31 janvier 2020. (PATRICK SEEGER / AFP)

Le deuxième réacteur sera mis à l’arrêt le 30 juin. L’évacuation des combustibles usés devrait intervenir d’ici l’été 2023.

Samedi, à 2h30 du matin, ce sera le début de la fin pour la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). Le décret confirmant l’arrêt total et définitif des réacteurs de la plus ancienne centrale nucléaire en activité de France, avant la fin du mois de juin 2020, a été signé par le gouvernement. Le décret, paru mercredi 19 février au Journal officiel, « entre en vigueur le 22 février 2020 pour le réacteur n°1 et au 30 juin 2020 pour le réacteur n°2 ». Il « abroge l’autorisation d’exploiter la centrale nucléaire de Fessenheim dont EDF est titulaire ».

L’arrêt progressif du réacteur de 900 mégawatts à eau pressurisée commencera vendredi soir. L’évacuation des combustibles usés devrait intervenir d’ici l’été 2023. Quant au démantèlement, il durera jusqu’en 2040 au plus tôt.

Mise en service en 1977, la centrale de Fessenheim est un vieux serpent de mer de la vie politique en France. En 2011, François Hollande, alors en campagne pour l’élection présidentielle, avait déjà promis sa fermeture.

Un élu pointe « les conséquences pour le territoire »

« Cet événement (…) constitue une première étape dans la stratégie énergétique de la France, qui vise un rééquilibrage progressif entre l’électricité d’origine nucléaire et l’électricité d’origine renouvelable tout en poursuivant la baisse des émissions de gaz à effet de serre issues de la production d’électricité grâce à la fermeture des centrales à charbon d’ici 2022 », s’est félicité Matignon dans un communiqué.

Le député LR du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger, président d’une mission d’information sur le suivi de la fermeture du site, a estimé mardi que l’Etat n’était « pas au rendez-vous » et a alerté sur « les conséquences pour le territoire ». Avec l’arrêt de la centrale, Raphaël Schellenberger a ainsi pointé la suppression de « plus de 2 000 emplois » directs ou indirects et l’impact sur les commerces ou l’immobilier.

« Le gouvernement s’est engagé dès 2018 avec les élus locaux dans la préparation d’un projet de territoire pour l’avenir de Fessenheim, finalisé en février 2019 », a pour sa part rappelé Matignon, en renouvelant « le soutien du gouvernement à la pleine réalisation des actions de ce projet ».

Source : France TV Info

Publicité
loading...