PARTAGER

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Mystère et boule de gomme !

Voilà que la BCE baisse ses taux de – 0.4 % à – 0.5 % donc ils deviennent encore plus négatifs que négatifs et pourtant, vous savez quoi ?

Les taux remontent !!

Comment des taux peuvent-ils remonter quand on les baisse…

Hein ?

Vous avez une idée vous ?

Non.

Bon ce n’est pas grave, il faut bien que je puisse justifier mon existence nan mais ! Et bien moi je sais pourquoi dans le monde de fous dans lequel nous vivons, lorsqu’on baisse les taux ils remontent… hahahahahahahahahaha

Franchement, il y a de quoi rigoler.

Tout d’abord voici les taux qui montent en image

Comme vous pouvez le voir lorsque la BCE a annoncé que ses taux allaient passer de -0.40 à -0.5 % les taux ont commencé à remonter et ils sont de -0.11% au moment où j’écris ces lignes.

Vous allez me dire mais comment est-ce possible ????

Le principe est simple, c’est la faute au « Tiering System » de la BCE…

Le quoi ?

Le « Tiering system »…

Un mot compliqué pour masquer une arnaque très simple.

Pourquoi croyez-vous que j’ai consacré la lettre STRATÉGIES du mois d’octobre aux taux négatifs (la lettre sera mise dans les espaces lecteurs vendredi ou samedi normalement). Plus de renseignements ici.

Parce qu’il se passe des choses fabuleuses pardi !

Les taux négatifs comment ça marche ?

Simple. L’économie c’est toujours simple, quand c’est compliqué c’est que quelqu’un cherche à vous enfumer.

Donc vous êtes une banque, vous avez trop de sous. Vous les déposez à la BCE et là, la BCE vous facture 0.4 %… maintenant elle vous facture 0.5 % ! Le problème c’est que cela coûte cher aux banques… et que cela dégrade leurs marges. Logique. Surtout qu’elles ne répercutent pas ces taux négatifs sur leurs clients.

C’est quoi le Tiering System? C’est une exonération des taux négatifs sur certains types de dépôts des banques commerciales effectués à la BCE!

Bref, la BCE a mis en place un Tiering system, un système par « pallier ». En clair sur une partie des dépôts, les banques payent le taux négatifs de 0.5 % mais sur une autre grosse partie des dépôts elles sont désormais exemptées des taux négatifs !

Et c’est là que le truc devient juste génial et super drôle et montre à quel point nos banques centrales naviguent complètement à vue dans un brouillard épais.

Les banques du coup ne sont pas totalement stupides. Elles ont le choix soit de se prêter entre elles entre -0.40 et -0.01 ou de déposer le sous à la BCE à -0.5 %. Evidemment elles préfèrent se prêter entre elles à -0.4 ce qui est moins pire que de perdre -0.5 %. Dans les deux cas, ce n’est pas terrible, mais il y a un cas où le pas terrible est moins pire.

Bref, avec le Tiering system, les banques sont exemptées des taux négatifs, du coup, et bien elles ne sont pas stupides les banques, elles ne vont pas continuer à se prêter entres elles à -0.4 % alors qu’à la BCE leurs dépôts sont exemptés des -0.5 % et peuvent être déposés à…. 0 !!

Et oui !

Le résultat brillant obtenu par la BCE

Du coup la BCE, en ayant baissé plus les taux, et en ayant mis un système de tiering en place, a réussi ce prodige hors du commun d’obtenir non seulement :

1/ une remontée des taux d’intérêt alors qu’ils voulaient les baisser.

2/ un assèchement des liquidités sur le marché interbancaire européens puisque les banques préfèrent désormais déposer les excédents à 0 à la BCE que se les prêter à -0.xx % entres elles.

Alors là moi, je dis, que le résultat est brillant.

Nous sommes dirigés par des vedettes. Mais ça encore, ce n’est pas le plus grave. On remplace le Mario par dame Christine ce qui me ravit totalement tant cela nous promet de grands moments économico-humoristiques.

Non, le plus grave, c’est que quand on veut baisser les taux le lundi pour obtenir une hausse finalement le mardi, nous pouvons avoir de gros doutes sur la capacité des pilotes dans l’avion.

Nos pilotes sont totalement dépassés, et les paradoxes créés nous sautent de plus en plus rapidement à la figure.

Ce n’est pas mon scénario central, mais, ce qu’il vient de se passer sur les taux européens qui montent quand on les baisse, matérialise le fait que l’on peut perdre à n’importe quel moment le contrôle de la situation. Plus nous avançons, plus la situation s’aggrave, plus nous devons aller loin dans les mesures « non-conventionnelles » plus les risques de décrochage augmentent.

En réalité, la BCE vient de se foirer en direct et sous yeux, dans des largeurs encore jamais vues !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source : Insolentiae

Publicité