PARTAGER

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

C’est un article du site financier américain Barron’s que je vous propose en ce lundi pour bien démarrer cette semaine. Un article en anglais intitulé « Ray Dalio and Other Billionaires Bemoan Broken System, Prep For Coming Class War » ce qui donne en traduction littérale:

Ray Dalio et d’autres milliardaires déplorent le système brisé, se préparent à la guerre des classes à venir

En France nous ne parlons pas tant de « guerre des classes » que de « lutte des classes », sauf que cette fois, c’est l’expression américaine qui semble le plus appropriée à la situation.

Il y a un peu plus d’un siècle en 1917, lorsque survient la révolution russe, c’est tout simplement, parce que quelques nantis de l’époque ont souhaité conserver leurs privbilèges à tout prix, qu’ils n’ont rien souhaité partager, qu’ils ont excédé les populations et qu’au bout d’un moment, les gamelles vides et la misère poussent au désespoir et le désespoir à la violence, et la violence… fait les révolutions.

Dans un tel contexte, les riches du moment terminent presque toujours la tête au bout d’une pique, sauf ceux, qui sentant le vent tourner prennent la poudre d’escampette avant que cela ne tourne au vinaigre pour eux.

Ces leçons historiques ont été parfaitement retenues par les moins crétins de nos milliardaires, je dis les moins crétins, parce que c’est une évidence de bon sens qu’il faut savoir, pour faire tenir sa fortune la partager au minimum! A défaut de la faire par humanité, il faut savoir le faire par intérêt bien compris!

Et bien même ainsi, si les milliardaires les plus futés dressent le constat du nécessaire partage (ne serait-ce encore une fois que par réflexe de survie) d’autres, persistent dans leur égoïsme le plus aveugle.

Voici la traduction de cet article concernant Ray Dalio… 

Pour information Ray Dalio, est tout, mais alors tout sauf un imbécile, c’est un homme brillant qui a créé, monté, développé et géré le plus gros fonds obligataire de tous les temps. C’est un peu le Warren Buffet des obligations, alors que le Warren, lui s’occupe d’actions. Ce n’est rien les actions. Tout le monde peut vivre sans action. Personne n’épargne sans obligation, car les obligations c’est la dette et la dette… c’est la monnaie! Moins flamboyant, plus discret et moins connu que le Warren, Ray Dalio, mérite largement que l’on écoute ce qu’il a à dire. Vraiment!

« Le fondateur milliardaire de fonds spéculatifs, Ray Dalio, pense que le capitalisme est brisé et que nous devons le réformer de toute urgence. Mais cette semaine, la Conférence mondiale du Milken Institute a clairement montré que, parmi ses pairs ultra riches et puissants, il est en bonne compagnie.

« Chaque système a besoin d’être rénové, d’être amélioré. Pouvons-nous convenir que nous devons le faire ? a-t-il dit lors de la clôture de la conférence, avant d’ajouter :  » Si nous ne sommes pas d’accord, nous aurons une certaine forme de révolution ; cela pourrait être d’abandonner le capitalisme ou d’aller à un autre extrême « .

Il a demandé à l’auditoire s’il était d’accord avec son évaluation ; la plupart des membres de la salle bondée ont levé la main.

L’anxiété au sujet du capitalisme a sous-tendu l’ensemble de la conférence, y compris le thème choisi,  » Driveving Shared Prosperity « . Mark Attanasio de Crescent Capital a cité l’inégalité, Sir Michael Hintze, fondateur du fonds de couverture, a parlé de Karl Marx et de nombreux milliardaires, dont Dalio, ont cité une peur largement partagée de la véritable guerre des classes!!

Le groupe réuni à Los Angeles cette semaine comprenait certains des dirigeants et chefs d’entreprise les plus influents et les plus riches des États-Unis et du monde, et leur « remue-méninges » (brainstorming en anglais) sur les moyens de réparer ce système était sincère.

C’est en partie dans leur propre intérêt : ils veulent soutenir le système qui a si bien fonctionné pour eux, et ne veulent pas qu’on leur enlève leur richesse. Mais dans les sondages et les interviews, ils ont aussi dit clairement qu’ils pensent que c’est un système qui peut fonctionner pour la plupart des gens : le capitalisme a sorti les gens de la pauvreté et a contribué à favoriser les progrès technologiques, comme en médecine, qui ont permis d’économiser des millions.

Certains n’étaient pas convaincus que le « système » avait besoin d’être réparé ; Ken Griffin de Citadel a dit que le marché libre avait fonctionné pour lui et ses employés. En effet, c’est le cas : le classement annuel « Rich List » de l’Institutional Investor, publié le même jour que son exposé, classe Griffin au troisième rang des gestionnaires de hedge funds les mieux rémunérés, avec 870 millions de dollars l’an dernier. Et l’ancien gouverneur de Virginie Terry McAuliffe et le conférencier Niall Ferguson ont rejeté l’intérêt croissant des jeunes pour le « socialisme » comme un manque d’éducation ou de conscience historique… ( NDLR Là je pense qu’ils se trompent lourdement, dans un monde où tout se voit les mensonges aussi, l’injustice devient encore mois supportable par les peuples et le degré d’exigence augmente considérablement). 

Plus d’accord avec Dalio, Robert Smith, fondateur de la société de capital-investissement Vista Equity Partners et l’homme noir le plus riche d’Amérique, a déclaré : « Il est temps de ré-architecturer ce qu’est ce tissu » qui constitue le rêve américain, rappelant au public qu’à 56 ans, il est le premier dans sa famille à « jouir pleinement de ses droits dans ce pays », du droit de vote, à la possibilité de vivre où il veut.

« Les possibilités économiques qui m’étaient offertes ont changé, elles se sont rétrécies, a-t-il dit. « Nous avons eu une période de temps, une fenêtre ouverte – grâce à la chance de la vie, j’étais l’un de ces enfants qui a réussi à passer à travers cette fenêtre « , dit-il. Mais aujourd’hui, ces mêmes écoles et communautés  » sont aussi ségréguées qu’elles l’étaient dans les années 50 « .

Même parmi ceux qui voient un problème avec le capitalisme sous sa forme actuelle, il y avait peu d’accord ou d’idées réalisables sur ce qu’il fallait faire à ce sujet. M. Smith a cité le travail qu’il a fait pour créer des stages et mettre les gens en contact avec les possibilités qui s’offrent à eux. Dalio a proscrit les partenariats public-privé  examinant le retour sur investissement du système carcéral et l’amélioration de l’éducation, citant son propre don récent aux écoles du Connecticut.

Dalio a également suggéré qu’un groupe se constitue et fasse un remue-méninges : si nous pouvions  » se calmer et ne pas être en colère les uns contre les autres  » et aborder le problème comme des ingénieurs, réunir un groupe bipartisan compétent  » et presque les enfermer dans une pièce, ou les enfermer quelque part pendant assez longtemps, sans sortir, ils s’entendront sur quoi faire, nous serions beaucoup mieux  » dit-il.

Alan Schwartz, président exécutif de Guggenheim Partners et ancien directeur général de Bear Stearns, a également suggéré la création d’une commission bipartisane qui pourrait s’attaquer à des problèmes tels que la réduction du nombre de permis professionnels, qui, selon certains, restreint la mobilité professionnelle.

Quelle que soit la solution qu’ils préfèrent, les participants de Milken peuvent la faire connaître à des personnes influentes. Les participants à la conférence ont pu côtoyer des représentants du gouvernement de Jared Kushner et Ivanka Trump au secrétaire au Commerce Wilbur Ross. Mercredi, Milken a dévoilé les plans d’un nouveau « Center for the American Dream », un musée et le siège de son Institut, juste en face du département du Trésor à Washington D.C. – un hommage physique à l’influence de Milken dans la politique américaine, et représentatif de la capacité croissante des ultra riches à peser sur les idées politiques et réglementaires.

Mais malgré toute la consternation et le poids de la conversation, certains considèrent que la question est simple. Comme l’a dit Sir Hintze : « Si vous n’avez pas de capital, pourquoi être capitaliste ? »

Comment réparer le système?

Vaste question n’est-ce pas?

Voici non pas quelques pistes mais quelques éléments de bon sens sur l’évolution des choses.

Même lors de rupture brutale nous parlons toujours de « mouvement », de « processus ». Une révolution dure de 20 à 50 ans pour permettre l’émergence de nouveaux équilibres plus durables.

La révolution russe verra le pouvoir de Staline stabilisé qu’à l’issue de la Seconde Guerre mondiale.

Pour la révolution française ce fut nettement plus long puisque 1789 enfanta… plus de Napoléon que de la république! Je peux multiplier les exemples à l’infini.

Alors le point d’arrivée pourrait sembler presque connu. Un système plus égalitaire avec des incitations positives capitalistiques mais un socle de droit et de confort minimum le tout dans un système économique plus vertueux en termes environnementaux et de soutenabilité. Comprendre par là, que c’est la fin de la consommation de masse telle que nous l’avons connue.

Pour arriver à cela il faut démondialiser (ce que fait Trump) mais c’est un processus lent et long sinon, drames, pénuries, manques, etc… La mondialisation actuelle a mis 30 ans à se faire. Elle mettra autant ou presque à être défaite!

Pour rendre supportable tout cela, il y aura des phases intermédiaires où par exemple, il faudra bien imprimer plus de billets!

Ray Dalio veut réparer le système. C’est plutôt une bonne idée. Le problème est plutôt le suivant: le système est-il réparable avant son effondrement?

Je n’ai pas la prétention d’avoir la réponse avec certitude. Mais je préfère me préparer au pire en espérant le meilleur.

La logique immédiate veut que le système va vouloir survivre par tous les moyens, parce que, au fond, personne ne veut vraiment qu’il s’arrête même ceux qui le contestent. Personne ne veut se remettre à laver les couches des marmots, ou à nettoyez des mouchoirs plein de morve au lavoir du village!!

La phase intermédiaire de l’économie administrée est le modèle… chinois!

C’est parce que cette logique immédiate de survie du système est très forte que le système a tenu jusqu’à maintenant alors qu’il est objectivement totalement défaillant et dysfonctionnel. Il a tenu parce que l’on a imprimé ce qu’il fallait de billets pour faire croire que tout allait bien, et tout le monde a eu la gentillesse de croire à ces fadaises.

La logique immédiate veut donc, que nous allions encore plus loin dans la fiction imaginaire et partagée par tous que tout va bien dans le meilleur des mondes. Même les milliardaires seront les premiers à signer pour plus de monnaie, plus d’impression, plus de TMM et au bout du compte pour ce qui aboutira à la mise en place d’une économie administrée que nous voyons tous les jours se développer au niveau mondial.

Le futur immédiat, c’est l’évolution des économies occidentales vers le système chinois. Une économie administrée où l’Etat contrôle la monnaie, le crédit, les lois et la force policière, tandis que le privé peut s’amuser à créer ce qu’il veut ou presque tant que cela ne menace pas l’Etat. Un système sans droit, avec une dictature politique réelle mais feutrée jusqu’à certaines limites et la mise en place d’un autoritarisme numérique.

Voici notre futur immédiat, une économie totalement administrée, plus de monnaie, plus de répression, moins de liberté, mais aussi plus de miettes pour les gueux pour les faire taire, mais certainement pas la baguette!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Source : insolentiae.com

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...