PARTAGER
CC0 / geralt

Faute de liquidités, le marché bancaire a frôlé la catastrophe les 16 et 17 septembre dernier. Seule l’intervention de la Fed a permis d’éviter le crash. Si cet épisode n’est pas forcément annonciateur d’une crise financière comme celle de 2008, elle pose la question de la fragilité des marchés et du rôle –central– des Banques centrales.

La crise qui a secoué le marché du refinancement bancaire (REPO) à New York les mardi 17 et mercredi 18 septembre est le signe de la grande fragilité des marchés interbancaires, qui ne se sont jamais remis de la crise financière de 2008-2009.

Le fait que la Réserve fédérale de New York (FRoNY) ait dû intervenir massivement, sur ordre de la Réserve fédérale, constitue un symptôme clair d’une situation où, sans l’action des Banques centrales, le système serait paralysé. Cette crise est-elle l’annonce d’un nouvel effondrement financier? Probablement pas, mais elle met en lumière l’extrême fragilité de l’ensemble de l’architecture financière internationale, et ce en dépit du renforcement des mesures prudentielles qui a été pris justement à la suite de la crise financière de 2008.

Le refinancement des banques, point central du système

Les banques sont des institutions qui gèrent des masses d’argent colossales. Pourquoi, alors, ont-elles besoin de refinancement? La raison essentielle vient des délais de remboursement des crédits qu’elles consentent, opposés aux emprunts qu’elles souscrivent. Il y a déjà longtemps que les banques n’opèrent plus avec leurs «fonds propres». Elles empruntent, soit au public –et ce sont les dépôts à vue de la population et des entreprises– soit aux marchés financiers. Ces derniers emprunts sont en règle générale à court terme, alors que les actifs des banques –autrement dit les crédits qu’elles ont consentis à la population, aux entreprises et aux États– sont à long terme. Elles sont donc obligées de renouveler leurs emprunts régulièrement pour maintenir l’équilibre de leur bilan.

Il peut arriver qu’au cours d’une journée, une banque soit en manque de liquidités, autrement dit que ses actifs immédiatement liquides soient inférieurs aux remboursements qu’elle doit faire dans l’immédiat. Elle peut alors, s’adresser à deux compartiments du marché:

  1. Elle peut emprunter au jour le jour auprès de la Banque centrale, en mettant en «pension» certains de ses actifs, comme des bons du Trésor. Cela correspond à ce que l’on appelle en anglais le overnight bank funding rate (OBFR) ou taux de financement bancaire au jour le jour. Ce taux est une mesure des coûts de financement bancaire globaux, non garantis, au jour le jour. Il est calculé à l’aide des transactions en fonds fédéraux, de certaines transactions en euros et de certaines transactions en dépôts domestiques. Le marché des fonds fédéraux comprend les emprunts intérieurs, non garantis, en dollars américains par les établissements de dépôt auprès d’autres institutions de dépôt et certaines autres entités, principalement des entreprises parrainées par le gouvernement.
  2. Elle peut aussi avoir recours au «REPO». Il s’agit d’un instrument de financement sécurisé pour les banques. Il est rapidement devenu incontournable. Un établissement vend des actifs– par exemple des obligations d’État françaises ou américaines– à un autre et s’engage à les lui racheter à une date donnée et à un prix fixé à l’avance. Il obtient donc de la liquidité. S’il ne dispose pas des fonds nécessaires pour procéder au rachat au terme du contrat, l’autre établissement reste propriétaire des titres apportés en garantie de l’opération et peut les revendre. Dans ce que l’on appelle des «REPO» tripartites, un «agent» intervient entre les banques et s’assure que la valeur des actifs suffit à garantir le montant qui a été prêté tout au long de la transaction. Les «REPO» reposent sur des contrats entre deux personnes morales (les banques). À New York, c’est la Réserve fédérale de New York (FRoNY) qui tient les comptes au jour le jour de ces contrats.

La crise des 17 et 18 septembre, qui s’est prolongée jusqu’au 20 septembre, s’est donc produite sur le marché des «REPO». Elle a contaminé le marché des «OBFR».

De quelle crise parle-t-on?

Dans la journée de mardi, les taux des opérations de «REPO» ont flambé pour atteindre près de 10%, ce qui constitue l’un de leurs plus hauts taux historiques, après avoir déjà grimpé à 6% lundi. Il y avait donc un danger immédiat que les banques se retrouvent en situation d’illiquidité, autrement dit qu’elles soient dans l’incapacité d’honorer leur signature.

Volumes soumis et acceptés sur le marché du refinancement bancaire (Repo) – © Photo. Source: FRoNY

Or, les «REPO» constituent un véritable lubrifiant dans les rouages des marchés financiers. Les opérations de «REPO» permettent aux banques de trouver la liquidité nécessaire à leur activité, rapidement et à un coût abordable. Ce dernier est en principe calé sur le taux des fonds fédéraux, qui sont pilotés par la Réserve fédérale et qui oscillent aujourd’hui entre 2% et 2,25%.

La crise vient de l’accroissement énorme des besoins en «REPO». On le voit sur le graphique 1, alors que les jours précédents les besoins étaient compris entre 2 et 12 milliards, ils ont bondi le mardi à plus de 55 milliards et atteint près de 100 milliards le mercredi. De plus, les montants demandés (le besoin de liquidité) ont excédé les montants offerts. Le risque d’une crise généralisée de liquidité des banques était donc bien réel.

La FRoNY, la Réserve fédérale de New York, a donc injecté, mardi, 53 milliards de dollars dans le système financier, puis 75 milliards mercredi. C’est cette branche régionale de la Réserve fédérale américaine qui gère les opérations sur les marchés à Wall Street. C’est donc elle qui a dû réagir, et réagir vite, pour enrayer un phénomène dont les conséquences –un blocage général du marché monétaire– auraient pu être cataclysmiques.

L’intervention de la FRoNY s’est aussi fait sentir sur les taux d’intérêt du financement bancaire au jour le jour (OBFR).

Taux de refinancement des banques au jour le jour (OBFR) – © Photo. Source: FRoNY

Alors que le taux était stable à 2,1%, il est brutalement monté à 2,25% avant de retomber, du fait de l’intervention de la FRoNY à 1,85%.

Crise conjoncturelle ou annonce d’un futur cataclysme?

Une crise de liquidité est la pire menace pour les banques. En effet, même si elles sont solvables, elles peuvent être emportées par une crise de liquidité en deux ou trois jours. Et l’on se rappelle de spectaculaire faillite de la Bear Stearns en 2008, qui s’était produite le 17 mars et qui avait été le coup de semonce avant la crise des «subprimes» et la faillite de Lehman Brothers.

Les analogies sont tentantes; elles ne sont pas nécessairement justifiées. L’activisme des Banques centrales, leur capacité à mettre sur le marché d’énormes volumes de liquidités nous prémunit, à court terme, d’une nouvelle crise financière. Mais, et ce point est essentiel, les événements de la semaine dernière montrent que les marchés ne peuvent survivre sans une action quasi-quotidienne des mêmes Banques centrales. De fait, il n’y a plus de «marché» interbancaire, car les transactions y seraient impossibles sans le soutien constant des Banques centrales. Or, ce marché interbancaire est la matrice de tous les autres marchés. Qu’il ne puisse plus fonctionner de manière autonome en dit long sur l’état du système financier en général, un système devenu désormais complètement dépendant de l’action des Banques Centrales.

Ce qui, en retour, pose aussi le problème de leur statut. Quand des institutions comme les Banques centrales ont un tel impact sur l’activité économique et sont à ce point nécessaire au fonctionnement au jour le jour de l’économie, est-il normal qu’elles soient dites «indépendantes»? Ne devraient-elles pas être directement intégrées dans les processus gouvernementaux pour être mises sous le contrôle des citoyens?

La mini-crise du mardi 17 septembre est donc un rappel nécessaire de la fragilité intrinsèque du système financier international et de la nécessité urgente de le réformer en redonnant aux États un plus grand contrôle sur les instruments qui permettent le fonctionnement des marchés.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Source : Sputnik Point De Vue

Publicité
loading...