PARTAGER

Dis tonton, pourquoi tu tousses ?

Pour rien, pour rien…

C’est juste le montant de la dette mondiale. Je ne tousse pas mon neveu… j’étouffe !

J’étouffe sous les dettes.

Pas moi.

Mais l’économie.

L’économie mondiale, la croissance, l’avenir, tout étouffe sous le poids des dettes.

La dette ce sont les impôts de demain pour la rembourser.

La dette ce sont nos revenus futurs.

La dette lorsqu’elle est trop importante entraîne la faillite ou l’insolvabilité et un cortège de conséquences forts peu agréables pour ceux qui les subissent.

La dette est un ennemi mortel.

On oppose souvent la bonne dette à la mauvaise. Mais il n’y a jamais de bonne dette. Jamais. Il y a tout au plus des dettes nécessaires parce qu’elles permettent d’acheter un actif ou d’investir. Certes. Mais la dette fragilise toujours et c’est son remboursement (ou son annulation) qui libère. Investir pour la création d’une usine peut sembler une bonne dette. Mais la dette s’accompagne toujours d’une fragilisation de celui qui la contracte même quand c’est pour de bonnes raisons.

Elle est peut-être nécessaire, utile, pertinente mais elle représente toujours un risque, c’est la raison pour laquelle le recours à la dette doit toujours être modéré. Quand la dette constitue l’alpha et l’oméga de la politique, alors l’issue est connue. A terme ce sera la faillite et la ruine.

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

La dette mondiale a atteint un nouveau sommet et continue de s’alourdir

Des taux d’intérêt bas ont contribué à aggraver davantage l’endettement global au troisième trimestre 2019, a constaté l’Institut de la finance internationale (IIF) dans son récent rapport. La dette totale est déjà trois fois plus élevée que la taille de l’économie mondiale et continue de s’alourdir.

La totalité de la dette mondiale a dépassé la barre des 253.000 milliards de dollars au troisième trimestre 2019, relate CNBC en citant le nouveau rapport de l’Institut de la finance internationale (IIF). Elle représente désormais 322% du PIB mondial et continue de croître.

«Sous l’impulsion de taux d’intérêt bas et de conditions financières déficientes, nous estimons que la dette mondiale totale dépassera les 257.000 milliards de dollars au premier trimestre 2020, entraînée principalement par la dette du secteur non financier», a indiqué l’IIF dans le rapport.

Cette hausse est principalement due à l’augmentation des emprunts des gouvernements et des entreprises non financières, expliquent les économistes qui mettent en garde contre le risque de défaut élevé. Des taux d’intérêt bas dans plusieurs pays du monde ont stimulé les emprunts de la part des entreprises, des particuliers et des gouvernements.
L’IIF indique que la dette publique a atteint de nouveaux records aux États-Unis et en Australie au troisième trimestre 2019. L’institut note également que la croissance de la dette a repris en Chine, marquant un revirement par rapport aux périodes antérieures.

Source : Insolentiae

Publicité