PARTAGER

L’augmentation pourrait représenter jusqu’à 47 centimes pour 100 grammes de bœuf. L’objectif est de couvrir les coûts environnementaux, pointe « Les Échos ».

 

Après la taxe soda et, alors que certains militent pour imposer plus durement la charcuterie, c’est la viande qui fait son retour dans le débat. Il ne s’agit pas cette fois de s’interroger sur sa toxicité, mais sur son impact environnemental. Des associations néerlandaises ont soumis au Parlement européen un rapport présentant les avantages économiques et environnementaux d’une taxe sur les protéines animales, explique le journal Les Échos.

Derrière cette initiative se trouve donc un groupe d’associations, la True Animal Protein Price Coalition (TAPPC). Au cœur de leur dialectique, l’argument des coûts cachés de la viande et un impératif environnemental. Dès 2014, une étude américaine attribuait au seul élevage de bétail la responsabilité de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. En octobre 2018, une autre étude estimait que la production de protéines animales comptait pour entre 72 à 78 % des émissions agricoles totales de gaz à effet de serre. La production de viande exerce aussi une pression non négligeable sur les ressources aquifères. Les scientifiques sont nombreux à estimer qu’il faut donc réduire la consommation de protéines animales, mais elle devrait au contraire augmenter. Avec une taxe, ces associations néerlandaises estiment donc que la consommation de bœuf pourrait être réduite de 67 % d’ici à 2030, de 57 % pour le porc et de 30 % pour la volaille.

Une hausse sensible des prix

Si l’idée n’est pas inédite, l’ampleur de la taxe estimée par les associations l’est. Les projections pourraient ainsi faire grimper le prix de certaines viandes de 25 %. À partir de 2021, le surcoût envisagé serait de 10 centimes pour 100 grammes, peu importe la viande. Mais, à terme, c’est le bœuf qui serait le plus fortement touché avec 47 centimes, suivi du porc avec 36 centimes et de la viande de poulet avec 17 centimes.

Au niveau européen, cette taxe pourrait rapporter 32 milliards d’euros d’ici à 2030, selon ses créateurs. Ceux-ci suggèrent d’en reverser la moitié à la filière de l’élevage pour favoriser l’investissement et la transformation des exploitations. Dans le même temps, un tiers serait destiné à compenser une baisse de la TVA sur les fruits et légumes, perçus comme l’alternative principale des consommateurs. Enfin, 20 % seraient destinés à limiter l’impact de cette taxe sur les revenus modestes. Pour l’instant, la taxe n’est toutefois pas encore en discussion au niveau européen, même si des projets émergent localement, notamment aux Pays-Bas et en Allemagne.

Source : Le Point

Publicité
loading...