PARTAGER

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Lorsque Donald Trump arrive en France et nous demande de payer la taxe de la protection américaine, l’idée de souveraineté doit vous venir à l’esprit.

Lorsque les Américains, qui, comme tout le monde le sait, nous aiment profondément et sont nos alliés historiques, mettent à l’amende à coup de dizaines de milliards d’euros nos entreprises et rapinent notre peuple (spolié dans toute sa diversité), le concept de souveraineté devrait résonner dans nos esprits.

Il y a deux facteurs essentiels pour assurer sa souveraineté.

Le premier est d’avoir la sagesse d’être fort, ce qui n’empêche pas que la force soit d’être sage. Cela passe par la détention de moyens suffisamment puissants de dissuasion. Attaquer la France doit avoir un tel coût que mieux vaut ne pas s’y frotter.

Le second, c’est d’avoir toujours à l’esprit que la main qui reçoit est toujours située en dessous de celle qui donne. En clair ? Il faut avoir les moyens de sa liberté et cela passe par une saine gestion.

Justement, sur ce dernier point, nous venons, dans l’opacité la plus totale, de donner les clefs de nos coffres gorgés de l’or du peuple de France à la banque américaine JP Morgan, qui va s’installer directement dans les sous-sols de la Banque de France pour administrer l’or détenu… Situation évidemment surréaliste.

L’or, comme chacun le sait, ne sert à rien, c’est une relique barbare que néanmoins toutes les nations et toutes les banques centrales du monde prennent grand soin d’accumuler.

Toutes ? Toutes, sauf la Banque de France !

« L’institution a ouvert un compte à JP Morgan pour réaliser des transactions sur l’or qui est stocké dans son sous-sol. Objectif : faire de la capitale une place incontournable sur le métal jaune.
C’est une petite révolution dans le milieu très discret du trading sur l’or. La Banque de France a ouvert un compte à un établissement commercial privé afin de faciliter les transactions sur le métal précieux à Paris. L’institut de la rue la Vrillière n’a pas choisi n’importe quel établissement : ce compte-or a été accordé à JP Morgan, le leader mondial du marché. L’accord, qui n’avait encore jamais été révélé, a été formalisé en début d’année, selon nos informations.

Il marque une étape importante dans le développement des prestations offertes par la Banque de France à sa clientèle de banques centrales étrangères. Ses équipes, qui travaillaient sur ce projet depuis plusieurs années, peuvent désormais fournir des services de dépôts rémunérés (« gold deposits »), de swaps-or-contre-devises, de prêts et leasing d’or dans la capitale française. «Il s’agit de rendre liquide l’or qui se trouve à Paris», résume un connaisseur. Mais pas tout le stock : l’or de la clientèle essentiellement. Les réserves de l’État français devraient, elles, être exclues de ces transactions…» »

Vous apprécierez la précision de l’expression : « Les réserves de l’État français devraient »

Il y a de fortes chances que cet accord, tenu pour le moment secret, conduise à la mise en place de prêts sur l’or de la France.
Il est évident que la représentation populaire devrait enquêter, qu’un tel accord commercial devrait être rendu public, que des points de contrôles soient bien définis, et vérifiés régulièrement.

Tenez, pincez-vous !

« En s’associant à JP Morgan, la Banque de France va multiplier les débouchés et toucher toute une gamme d’acteurs du marché avec lesquels elle ne peut pas traiter en direct, comme les raffineurs ou les compagnies minières. Ce partenariat est stratégique pour donner une véritable impulsion aux opérations de prêts d’or à Paris, sur lesquelles l’institution monétaire prélèvera au passage une commission. De son côté, JP Morgan va accéder à l’or des institutions étrangères conservé dans le sous-sol parisien. Ce contrat devrait sans doute aussi permettre à l’établissement américain d’exécuter des transactions avec ses clients en déposant le métal dans la «Souterraine». Avec le transfert de ses activités de billets à La Courneuve, la Banque de France a en effet libéré de l’espace dans son sous-sol. »

Paris nouvelle place de l’or ?

« Le réveil de l’or à Paris peut-il faire vaciller Londres ? Personne n’y songe, car même le Brexit ne semble pas pouvoir remettre en cause la suprématie historique de la capitale anglaise. Certains établissements, informés de l’initiative de la Banque de France, préfèrent d’ailleurs attendre. «Paris pourrait progressivement redevenir une place importante pour l’or», déclare néanmoins Sylvie Goulard. Selon JP Morgan, la capitale française bénéficie d’une situation géographique attrayante et d’un bon réseau de transport avec le reste de l’Europe et avec l’ensemble des participants de marché mondiaux »…

L’idée de voir la France s’intéresser à nouveau à l’or n’est évidemment pas pour me déplaire, et je ne peux qu’applaudir en voyant la Banque de France investir et rénover nos propres moyens de stockage.

Je ne peux que me réjouir de voir l’or mis au centre de la réflexion, et cela devrait d’ailleurs nous interroger en tant qu’épargnant sur la place que doit avoir l’or dans nos patrimoines respectifs alors que toutes les banques centrales se replacent à l’achat.

Néanmoins, en tant que citoyen, je suis très, très inquiet de voir ce contrat signé dans l’opacité la plus totale avec la JP Morgan qui est la banque qui détient le commerce de l’or dans le monde.

Elle est américaine, et depuis des années, les États-Unis rapinent systématiquement l’or de toutes les nations du monde.
C’est aux Français de protéger l’or durement acquis de génération en génération.
Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Source : Insolentiae

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.