PARTAGER
Gilets jaunes: Ludosky va « saisir » la Cour pénale internationale (photo prise le 20 janvier à Paris)

Seine-et-Marne. La Gilet jaune Priscillia Ludosky veut bannir Eric Zemmour des médias.

Dans un contexte où les violences policières font débat, Priscillia Ludosky lance, sur internet, une nouvelle pétition contre Eric Zemmour. Explications.

« Eric Zemmour, xénophobe, doit être banni des médias ! » C’est, en résumé, l’objet de la nouvelle pétition lancée par la Gilet jaune Priscillia Ludosky sur la plateforme change.org 

Une pétition adressée au Conseil supérieur de l’audiovisuel et à Franck Riester, le ministre de la Culture.

Cette habitante de Savigny-le-Temple s’insurge, en effet, que

faire de l’audience soit plus important que de défendre les droits humains. »

Violences policières

Dans une longue tribune et en plein cœur du débat sur les violences policières, la Seine-et-Marnaise dénonce, sans concession, « un lavage de cerveau qui s’installe et finit par se saisir des esprits les plus vulnérables. »

« On vit dans dans un pays où on accepte qu’un « homme » dise qu’il est normal de tuer une personne au regard de ses supposés antécédents judiciaires, son parcours de vie, des ses erreurs passées. On vit dans un pays où on accepte qu’un « homme » dise qu’il est normal qu’un jeune homme succombe à un plaquage ventral provoqué par un officier de police au regard de ses supposés antécédents médicaux… », écrit-elle, au lendemain de l’affaire des statistiques erronées sur les homicides de Noirs et de Blancs aux Etats-Unis, propagées par le journaliste, écrivain et essayiste.

Alors qu’une vague d’indignation fait la une des journaux aux Etats-Unis après la mort de George Floyd, lors d’une intervention policière fatale à Minneapolis, en France, Eric Zemmour, défenseur de la thèse du racisme antiblanc  détourne des statistiques officielles, sur CNews, provoquant un tollé général.

La jeune femme n’encaisse pas et ne comprend pas l’immobilisme du CSA qui n’interdit pas l’éditorialiste et animateur télé de plateau, malgré une condamnation pour haine raciale en 2019.

Alors quid de la liberté d’expression ?

La liberté d’expression n’est pas l’incitation à la haine. Le racisme est puni, rappelle la Savignienne. Ça ne l’empêche pourtant pas de continuer. »

Et de poursuivre : « Certes, les statistiques qu’il a propagées ont été rectifiées mais, entre temps, son discours xénophobe s’est propagé sur les réseaux sociaux. »

A noter que Priscillia Ludosky n’en est pas à son premier coup d’essai. Sa pétition contre la hausse du prix du carburant (1,3 million de signatures environ) l’avait propulsée en première ligne dans le mouvement des Gilets jaunes.

Rappelons qu’en mars dernier, la jeune femme avait été placée en garde à vue pour avoir manifesté dans le quartier de l’Elysée avec un portrait d’Emmanuel Macron à l’envers.

Une liberté d’expression à deux vitesses sans doute.

 

 

Publicité