PARTAGER
La caravane de Gaëtan est présente au nouveau campement des Gilets jaunes, près du rond-point Herman-Melville, en face du port de commerce. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Le jeune homme de 24 ans vit désormais dans le camp des Gilets jaunes, dans une caravane. Après six mois à faire la manche, rue Jean-Jaurès, il a aujourd’hui l’espoir de se réinsérer.

Une petite caravane blanche au milieu des baraques de bois. Les banquettes sont passées d’âge, l’auvent gris est comme neuf. Depuis trois jours, c’est le nouveau toit de Gaëtan, SDF de 24 ans. Un cadeau des Gilets jaunes, qui l’ont rencontré, il y a deux semaines, lors d’une maraude. « On l’a croisé rue Jean-Jaurès. On lui a proposé de venir manger un plat chaud » , raconte Philippe, Gilet jaune de la première heure.

Le jeune homme suit le groupe. Cela fait six mois qu’il fait la manche dans les rues de Brest. Au point d’alimentation où il rencontre d’autres Gilets jaunes, il leur fait part de sa situation. « Il nous a demandés s’il pouvait venir sur notre camp, à Pen-ar-C’hleuz. On lui a dit oui tout de suite. Parce qu’après tout, on est tous en galère , poursuit Philippe.  Le mouvement des Gilets Jaunes, c’est aussi de la solidarité. »

Un confort bienvenu pour le jeune sans abri, lui qui était venu de Nantes pour « bouger » avec son chien. Sans forcément savoir s’il trouverait un travail et un toit dans la métropole brestoise.

Une caravane comme cadeau

Au nouveau camp au port de commerce, un passant fait don à Gaëtan de la petite caravane, qui traînait dans un local. « Au moins, elle sert à quelqu’un… » , relate André, un autre Gilet jaune.

« Elle m’évite de dormir dans le dortoir commun, d’avoir un peu d’indépendance » , raconte le discret Gaëtan, qui n’aime pas trop qu’on parle de lui.

Désormais, il s’approprie son nouveau chez lui, aménage l’espace, construit de petits rangements en bois. « Ici, c’est un peu mon atelier. »

La caravane permet à Gaëtan de disposer d’une petite indépendance, même s’il continue à partager ses journées et ses repas avec les Gilets jaunes. | OUEST-FRANCE

« Ça m’a redonné l’envie de travailler »

En journée, Gaëtan fait profiter aux « jaunes » de sa formation d’élagueur-grimpeur, pour construire le nouveau camp. Ses compagnons de labeur ne tarissent d’ailleurs pas d’éloges sur le travail fourni par le jeune homme. « Il donne un coup de main et bosse vraiment bien ! Il a l’air d’aimer la menuiserie, ça serait bien que quelqu’un le prenne en apprentissage » , sourit Philippe.

L’emploi, Gaëtan n’y pense pas encore, mais confie que la générosité des Gilets jaunes lui a redonné l’envie de travailler. « Faire des petits boulots, par-ci par-là. »

Les Gilets jaunes se disent prêts à accueillir d’autres personnes dans le besoin. Toujours, lors d’une maraude, un ancien militaire de 44 ans s’est vu proposer un appartement à Gouesnou par un couple de Gilets jaunes brestois. Le temps de se réinsérer. Il emménagera ce dimanche. Cela faisait dix ans qu’il vivait dans la rue.

Une marche citoyenne pacifiste est prévue samedi 19 janvier 2019, 13 h 30. Départ de la place de Strasbourg.

Source : profession-gendarme.com

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité