PARTAGER
Gilets jaunes, défenseurs du climat et militants anti-violences policières se sont rencontrés.

Lors d’une conférence de presse à Paris, des Gilets jaunes, des représentants de la Marche des Solidarités (contre les violences policières) et de la Marche du Siècle (pour le climat) ont annoncé que leurs cortèges convergeraient le 16 mars à Paris.

Justice sociale et climatique, même combat ? C’est le message que tentent de faire passer certains membres de divers collectifs contestataires, qui se sont récemment illustrés lors de grèves, manifestations et autres actions de blocages. Pour faire converger leurs luttes respectives, des représentants de ces mouvements se sont retrouvés le 12 mars pour une conférence de presse à La Base, nouveau lieu parisien de mobilisation climatique et sociale. Parmi eux, des Gilets jaunes, dont Priscillia Ludosky, des membres de la Marche du Siècle pour le climat, et de la Marche des Solidarités, qui dénonce les «violences policières» et «la violence d’Etat». Ils ont annoncé qu’ils allaient faire converger leurs cortèges à Paris dans l’après-midi du 16 mars, jour de l’acte 18 des Gilets jaunes.

«Nous sommes unis et faisons front contre un même système qui détruit l’humain et la planète. Notre mobilisation le 16 mars reflétera la complémentarité et la cohésion de ces différents mouvements qui luttent ensemble, et se retrouveront ensemble pour une journée de lutte», ont-ils annoncé dans un communiqué commun.

Adel, du collectif Rungis IDF Gilets jaunes, a expliqué à RT France pourquoi il ferait cause commune avec les autres manifestants le 16 mars : «On est pour 99% d’entre nous issus de quartiers populaires. Ce qui est revendiqué dans la Marche des Solidarités, c’est ce qu’on revendique depuis toujours.» Selon ce Gilet jaune, «c’est une taxe qui a fait sortir [les gens] dans la rue, mais elle a soulevé un tapis de poussière, de mal-être, de choses qui n’allaient pas». Il estime appartenir à un mouvement protéiforme doté de multiples revendications.

Marie Pochon, représentante de l’ONG Notre affaire à tous, qui défend la «justice climatique», a souligné l’importance, selon elle, de la démarche entreprise pour attaquer l’Etat français en justice pour inaction climatique, une initiative appuyée par une pétition signée par plus de deux millions de personnes. Son collectif rejoindra La Marche du Siècle, rassemblement initié par 140 associations. Des Gilets jaunes comme François Boulo ou Priscillia Ludosky se joindront à la foule.

« Enfin, on médiatise le fait que justices climatique, sociale et fiscale sont liées « 

Pour cette dernière, interrogée par RT France, la convergence est «évidente». «Enfin, on médiatise le fait que justices climatique, sociale et fiscale sont liées et qu’il faut que ce soit pris en compte pour pouvoir prendre des mesures cohérentes», explique-t-elle. La Gilet jaune rappelle que depuis le début, elle travaillait avec des associations pour la défense du climat, sans que cela ne soit visible. «Avançons ensemble et montrons ensemble que tout est lié», conclut-elle.

Claire Renauld, étudiante du mouvement Youth for Climate France, qui organise les grèves des jeunes pour le climat chaque vendredi, estime quant à elle : «Dans les cortèges, on dénonce les mêmes personnes [qui ne] paient pas leurs taxes [et] paupérisent la population.»

«C’est une bonne nouvelle que tout le monde se mette ensemble», estime-t-elle au micro de RT France.

Lorsqu’ils se seront rejoints place de l’Opéra, dans la capitale, les cortèges de la Marche des Solidarités et de la Marche du Siècle ont prévu de mettre un genou à terre et de se tenir la main pour marquer le coup.

Source : RT France

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...