PARTAGER
Brice Hortefeux invité sur RTL le 12 août 2019.

L’ancien ministre de l’immigration et de l’identité nationale plaide pour un renforcement de l’aide au développement.

“On ne vient pas sur le continent européen ou dans notre pays si on n’y est pas autorisé”. Ce lundi 12 août sur RTL, l’ex-ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a été invité à s’exprimer sur les centaines de migrants qui ont été secourus ces derniers jours par les navires humanitaires Open Arms et Ocean Viking au large de la Libye.

Une situation due, selon l’eurodéputé LR, à la position “laxiste” de l’Europe. “Il y a aujourd’hui un afflux de migrants qui nourrissent une économie parallèle, puisqu’il y a des profiteurs de la misère humaine qu’on appelle les passeurs. Et il faut donc que la migration soit organisée et maîtrisée”, affirme l’ancien ministre de l’immigration et de l’identité nationale.

Estimant que l’Union européenne, via le dispositif Frontex, doit davantage “protéger, intercepter et reconduire” les migrants dans leurs pays d’origine, Brice Hortefeux souhaite également freiner les départs. “Il n’y a pas de solution miracle, il faut encourager les migrants à rester chez eux et donc aider au développement”, indique l’ancien ministre.

Une aide qui, selon lui, doit être “renforcée mais conditionnée à la politique de chacun des États” concernés

Plus de 400 migrants secourus

Plus de 400 migrants sont hébergés sur les navires humanitaires Open Arms et Ocean Viking après un troisième sauvetage, près de la Libye, effectué par ce dernier bateau. Mais aucune solution n’est en vue pour leur accueil.

Même si les capacités d’accueil optimales -200 passagers environ- sont dépassées pour des personnes fatiguées, le coordinateur des opérations de recherche et de secours de l’ONG SOS Méditerranée, Nicholas Romaniuk, a décidé de continuer à patrouiller dans une zone située à 60 milles marins (environ 110 km) de Tripoli afin de secourir potentiellement d’autres embarcations.

Neuf migrants de l’Open Arms ont pu débarquer dimanche soir: huit ont été emmenés en hélicoptère vers Malte et un vers Lampedusa. Ils ont été évacués pour des soupçons de tuberculose, pneumonie et parce qu’une femme de 32 ans est atteinte d’un cancer au cerveau.

Par ailleurs, une trentaine de migrants ont directement débarqué sur les côtes italiennes dimanche: 16 Iraniens et Irakiens interceptés sur un voilier arrivé dans les Pouilles et 13 Nord-Africains sur un bateau de pêche qui a accosté sur l’île sicilienne de Marettimo.

Source : Huffingtonpost

Publicité
loading...