PARTAGER

Près de Caen (Calvados), le maire de Ouistreham veut prendre un arrêté de couvre-feu pour les mineurs dans sa commune en proie à des tensions liées à la présence de migrants.

Romain Bail, maire (LR) de Ouistreham près de Caen (Calvados) annonce avoir pris un arrêté instaurant un couvre-feu pour les mineurs.
Dans les faits, ce couvre-feu concerne toutes les personnes de moins de 18 ans, de 22 h à 6 h, du mardi 27 novembre au mardi 4 décembre 2018, « à des endroits bien définis dans la ville. »

« Pour protéger tous les mineurs »
Le maire de Ouistreham justifie la prise de cet arrêté municipal « pour protéger tous les mineurs. Les Ouistrehamais, comme les migrants. »
Dans cette ville de Normandie, le port assure une liaison transmanche vers l’Angleterre. Depuis l’été 2017, 100 à 150 réfugiés d’Afrique, Soudanais en très grande majorité, stationnent à Ouistreham pour tenter de rallier le Royaume-Uni.

Tensions
Depuis quelques semaines et depuis quelques jours en particulier, la tension semble monter d’un cran dans la station balnéaire.
Vendredi 23 novembre 2018, quai Charcot à Ouistreham, des militants de l’AG de lutte contre toutes les expulsions avaient essayé d’ouvrir un squat pour abriter ces jeunes Soudanais. Des échauffourées avaient éclaté avec les forces de l’ordre. Quatre gendarmes avaient été légèrement blessés. Deux hommes seront jugés à Caen vendredi 30 novembre 2018.

Le lendemain, samedi 24 novembre 2018, un jeune Ouistrehamais de 17 ans, a été blessé à la suite d’une rixe où des migrants seraient impliqués. L’enquête en cours dénoue les responsabilités de chacun.
Des faits qui d’après Romain Bail, ont été suivis de « l’appel sur les réseaux sociaux de plusieurs personnes mineures à violenter physiquement des personnes migrantes dans la nuit».

Militaires blessés et intrusion à la gendarmerie
Nouvel épisode lundi 26 novembre 2018. À 7 h 30 lors d’un contrôle à Ouistreham, un gendarme a été frappé par un migrant. Il a alors été emmené à la brigade de gendarmerie de Ouistreham et placé en garde à vue pour violence.
A la suite de l’arrestation, pour le maire, il y aurait eu « une prise d’assaut du poste de gendarmerie de Ouistreham Riva-Bella par une trentaine de personnes migrantes, la plupart mineures, blessant au passage plusieurs gendarmes. Ils sont rentrés de force. »
Directrice de cabinet du préfet et sous-préfète du Calvados, Camille Goyet atténue le propos et évoque : « une intrusion d’une dizaine de migrants qui souhaitait la libération de la personne en garde à vue. Les migrants ont profité de l’ouverture de la grille pour rentrer dans la cour. Ils ont été mis dehors, mais un gendarme a été frappé par un migrant. Lui aussi a été placé en garde à vue. »

« Que Ouistreham ne devienne pas Chicago »
C’est à la suite de tous ces faits que Romain Bail a décidé du couvre-feu « pour apaiser, protéger, faire preuve de discernement et de retenue ». Une question de sécurité et d’image aussi :

Il n’est pas question que Ouistreham se transforme en Chicago.

Il appartiendra donc à la gendarmerie de faire respecter le couvre-feu, pour les jeunes Ouistrehamais, comme pour les réfugiés mineurs.
« C’est une démarche compliquée », convient le maire de Ouistreham. « L’État fait de son mieux, mais je me dois d’agir. »

« Un fort enjeu pour l’État »
Sur ce sujet, Camille Goyet parle d’une « situation complexe, un fort enjeu pour l’État ».
Pour Mme Goyet, il n’y aurait pas un accroissement des faits ou des tensions dans la ville. « Un escadron de gendarmerie est présent en permanence pour éviter les tensions. Malheureusement des migrants sont capables d’agressivité et il y a des procédures judiciaires pour cela. »

Arnaud Héroult

source : actu.fr/normandie

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...