PARTAGER
L'inventeur a dû être pris en charge à l'hôpital de Melbourne. (GOOGLE STREET VIEW)

L’invention de Daniel Reardon, chercheur à l’Université Swinburne de Melbourne, devait émettre un signal quand la personne le portant approchait ses mains trop près de sa bouche.

Il tuait le temps, pendant son confinement, à fabriquer un collier prévenant les contaminations au coronavirus. Daniel Reardon, un astrophysicien australien, a fini à l’hôpital, avec des aimants plein les narines. L’idée de ce chercheur à l’Université Swinburne de Melbourne, était un dispositif qui devait émettre un signal quand la personne le portant approchait ses mains trop près de sa bouche.

Daniel Reardon a raconté mardi 31 mars à la chaîne publique ABC que ses premiers essais s’étaient avérés infructueux et que, assis sur son canapé, il avait commencé « de façon idiote » à se mettre sur le visage des aimants, éléments clés de son « invention ». « J’ai commencé avec le lobe de mon oreille puis avec mes narines », a-t-il dit. « Je me suis retrouvé avec des aimants dans chaque narine, qui se sont refermés en pinçant ma cloison nasale. »

Daniel Reardon a passé une heure à tenter de les retirer, avant que sa compagne radiologue n’arrive à le convaincre d’aller à l’hôpital de Melbourne, où elle exerce. Il a indiqué que son nez se « remettait bien » et ne souffrait d’aucun dégât irréversible. S’il a gardé les aimants, il dit ne pas « être suffisamment courageux pour jouer avec de nouveau ». Il se dit toutefois déterminé à poursuivre le développement de son idée de collier.

Source : France TV Info

Publicité