PARTAGER

Le maire de Levallois-Perret a donné une interview à BFMTV au lendemain de sa remise en liberté, après cinq mois de prison à la Santé.

Il n’a pas tardé à se confier face aux caméras. Patrick Balkany a raconté ce jeudi 13 février à BFMTV, au lendemain de sa sortie de prison, après sa remise en liberté pour raisons de santé, ses derniers moments de détention à la Santé, à Paris.

″Je n’attendais même plus ce moment. J’avais eu six demandes (de libération) refusées, j’avais vraiment le sentiment que tous les jours mon état de santé se dégradait. Je pensais que j’étais en fin de vie, et que j’allais mourir”, a-t-il confié à Bruce Toussaint.

Le maire Les Républicains de Levallois-Perret, condamné à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale en septembre, dit avoir appris sa remise en liberté… en regardant BFMTV. “Et là je vois ma femme”, à l’antenne, dit-il dans un sourire. “Et je l’appelle, parce que personne n’était encore venu me voir dans ma cellule pour me dire que j’étais libéré”, poursuit l’édile de 71 ans.

Sous contrôle judiciaire

La cour d’appel de Paris a autorisé mercredi la libération de Patrick Balkany, au vu d’une alarmante expertise médicale, et constatant que la dégradation de l’état de santé du maire de Levallois-Perret était “difficilement compatible avec la détention”.

Patrick Balkany est placé sous un contrôle judiciaire léger, avec interdiction de sortir du territoire national et obligation de se présenter deux fois par mois à la gendarmerie.

“Au fur et à mesure je me suis dégradé physiquement, au point de me retrouver à l’hôpital en urgence”, a raconté le maire. Aujourd’hui très amaigri, le baron des Hauts-de-Seine, 71 ans, a été hospitalisé à deux reprises en cinq mois.

Patrick Balkany a quitté mercredi la prison en voiture, sans faire de déclaration à la presse, se contentant d’un petit salut de la main. “Retour direct à Levallois dès sa sortie, on va passer la soirée tous les deux”, avait commenté peu avant son épouse, Isabelle Balkany, elle-même condamnée à trois ans de prison en septembre, qui l’attendait devant l’établissement pénitentiaire.

En appel, le parquet général a requis contre le couple Balkany des peines de prison ferme et dix ans d’inéligibilité. La cour d’appel rendra sa décision le 22 avril. Les Balkany attendent par ailleurs le 4 mars une décision de cette même cour dans le volet fraude fiscale de ce dossier.

Source : Huffingtonpost

Publicité
loading...