PARTAGER

La prestigieuse université britannique envisagerait de revoir les programmes de ses cours « trop reliés à la période coloniale », explique le « Telegraph ».

Les cours de musique enseignés à l’université d’Oxford, l’une des plus prestigieuses au monde, pourraient connaître certains boulversements dans les prochains mois. Selon les informations du Telegraph, repérées par Le Figaro, plusieurs professeurs de la plus ancienne université britannique estiment que le répertoire musical enseigné s’attarde trop sur la musique européenne blanche et pas assez sur celles du reste du globe.

D’après un rapport consulté par le quotidien britannique, les professeurs reprochent à l’enseignement de la technique musicale de l’université d’Oxford d’être « encore trop relié à la période coloniale ». Selon ces notes, l’enseignement musical ne se serait « pas détaché de son lien avec son passé colonial » et serait « une gifle » pour certains étudiants, voire la cause « d’une grande détresse chez les étudiants de couleur ».

Une évolution des programmes à l’étude

Il est également indiqué dans ce rapport que presque tous les enseignants de technique musicale sont blancs, et que les étudiants de couleur auraient davantage de difficultés d’apprentissage que les autres, du fait de cette importance excessive accordée à « la musique européenne blanche de la période coloniale ». En conséquence, le Telegraph explique qu’une réflexion est actuellement en cours dans le but de faire évoluer les programmes et en particulier celui du premier cycle de musicologie où les leçons de piano et de direction d’orchestre pourraient devenir facultatives.

Par ailleurs, les professeurs de musique à l’initiative de cette demande de réforme proposent que certains cours portant sur des compositeurs historiques, comme Franz Schubert ou Guillaume de Machaut, soient supprimés au profit de leçons de musique populaire, notamment la musique pop, ou les musiques africaines et de la diaspora africaine.

Source : Le Point

Publicité