PARTAGER
Le président américain Donald Trump fait une déclaration sur l’Iran, à Washington, Etats-Unis, le 8 janvier 2020.
Dans une allocution à Washington, Donald Trump a annoncé qu’aucun Américain ni Irakien n’avait été touché par les attaques iraniennes contre deux bases militaires en Irak. Selon lui, l’Iran «semble reculer».

«Aucun Américain n’a été blessé dans les attaques de la nuit dernière et c’est une très bonne chose pour le monde entier», s’est félicité Donald Trump ce 8 janvier dans une allocution solennelle très attendue à la Maison Blanche. Selon lui, les missiles iraniens n’ont causé que des dégâts mineurs.

 

«L’Iran semble reculer», a commenté le président américain, entouré de hauts responsables de l’exécutif et de hauts gradés du Pentagone, en précisant que les Etats-Unis étaient «prêts à la paix» avec ceux qui la voulaient. «Le comportement de l’Iran a trop longtemps été toléré. Ces jours sont terminés», a-t-il poursuivi, en annonçant un nouveau train de sanctions «immédiates» contre la République islamique. A cet égard, le locataire de la Maison Blanche a expliqué que les Etats-Unis ne souhaitaient pas utiliser leurs armes, leur force économique étant leur meilleur moyen de dissuasion.

Il a en outre appelé les Européens à quitter l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien et invité la Chine et la Russie à le dénoncer. Selon lui, les grandes puissances doivent œuvrer à un nouvel accord nucléaire avec l’Iran et envoyer à Téhéran un message clair et univoque.

Donald Trump a toutefois estimé que les Etats-Unis et l’Iran devraient travailler ensemble sur les priorités communes comme la lutte contre Daech. Les Etats-Unis sont «prêts à la paix» avec ceux qui la veulent, a déclaré le président américain.

L’Iran a tiré dans la nuit du 7 au 8 janvier des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak en représailles à l’assassinat par Washington du général Qassem Soleimani. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a salué ce 8 janvier une «gifle à la face» des Etats-Unis, prévenant toutefois que ce n’était «pas suffisant». Il faut, a-t-il ajouté, que «la présence corrompue des Etats-Unis dans la région prenne fin». «Nous ne cherchons pas l’escalade ou la guerre, mais nous nous défendrons», a abondé Mohammad Javad Zarif, le chef de la diplomatie iranienne. Il a affirmé que les représailles «proportionnées» de la nuit étaient «terminées». Si l’Amérique «veut commettre un autre crime, elle doit savoir qu’elle recevra une réponse plus ferme» encore, a pour sa part prévenu le président Hassan Rohani en conseil de ministres.
Si la riposte iranienne est close, reste la «riposte irakienne», qui ne sera «pas moins importante», ont déjà promis les factions armées pro-Iran dans le pays. Elles se poursuivront «jusqu’au départ du dernier soldat» américain, ont ajouté ces factions que Washington accuse d’être derrière les dizaines de roquettes qui ont déjà visé leurs soldats et leurs diplomates ces derniers mois. La réponse est coordonnée avec le Hezbollah libanais et Téhéran, assurent ces factions.

Source : RT France

Publicité