PARTAGER

L’attitude du président turc est vivement critiquée. Le président Erdogan a diffusé ce week-end des extraits de la vidéo de l’attaque des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande. L’utilisation des images devait servir à défendre la Turquie et des intérêts politiques en vue d’une élection imminente.

Le dirigeant Recep Tayyip Erodgan a indiqué qu’une partie du manifeste du principal suspect dans l’attaque menée en Nouvelle-Zélande avait pour objectif de garder les Turcs hors de l’Europe.

Le ministre australien des Affaires étrangères, Winston Peters, a indiqué que la diffusion de cette vidéo était « injuste » et mettait en dangers ses concitoyens à l’étranger. L’attaque de vendredi dernier a fait cinquante victimes. L’assaillant présumé, l’Australien Brenton Tarrant, a enregistré et diffusé en direct cette attaque sur les réseaux sociaux.

L’attitude de Recep Tayyip Erdogan, avec la diffusion d’extraits de cette vidéo controversée, consistait à dénoncer l’islamophobie et à critiquer les opposants politiques. Des manifestations se sont déroulées ce dimanche en Turquie dans le cadre d’élections locales prévues à la fin du mois.

Le dirigeant a indiqué que le principal suspect de la tuerie s’était déjà rendu en Turquie et qu’il souhaitait que les musulmans en Turquie soient expulsés du territoire européen de la Turquie, à l’ouest du Bosphore.

Le président Erdogan s’est exprimé sur le principal suspect de la tuerie de Christchurch dans le cadre d’un rassemblement à Ganziatep :

« Que dit-il? Il ne faut pas aller à l’ouest du Bosphore, ce qui signifie l’Europe. Sinon, il viendrait à Istanbul, nous tuerait tous, nous chasserait de notre pays« .

Des séquences d’une partie de l’attaque de la mosquée ont été montrées sur des écrans dans trois rassemblements ainsi que des extraits du manifeste du principal suspect. Le président Erdogan a également critiqué le chef du principal parti d’opposition turc, Kemal Kilicdaroglu, qui a montré un extrait de son film sur le « terrorisme enraciné dans le monde islamique« .

Facebook a déclaré avoir retiré 1,5 million de vidéos de l’attaque des mosquées de Christchurch à l’échelle de la planète dans les 24 heures après l’attaque.

Le président Erdogan s’était exprimé quelques heures après cet attentat lors d’une allocution à Istanbul:

« Il apparaît clairement que la vision portée par le tueur et qui prend également notre pays, notre peuple et ma personne pour cibles a commencé à gagner du terrain en Occident comme un cancer. Avec cet attentat, l’hostilité envers l’islam (…) a franchi les limites du harcèlement individuel pour atteindre le niveau d’une tuerie de masse« .

Il a appelé les pays occidentaux à « prendre en urgence des mesures » pour éviter « de nouvelles catastrophes« .

Source Atlantico

Publicité