PARTAGER

L’Italie vit son premier week-end d’isolement dans un silence lourd, juste interrompu samedi par une minute d’applaudissements pour les personnels soignants et des chansons au balcon comme des défis à la pandémie de coronavirus qui la frappe de plein fouet.

Selon le bilan publié samedi soir, ce sont désormais 1.441 personnes qui ont été tuées par le coronavirus dans le pays, de loin le plus touché d’Europe. Plus de 21.000 Italiens ont été détectés positifs, dont 3.500 lors des dernières 24 heures.

Nouvelles mesures, Milan et Rome ont fermé leurs parcs, jardins publics et aires de jeux pour éviter les rassemblements.

 

Au coeur de la Ville éternelle, les 80 hectares de la célèbre Villa Borghese restent toutefois accessibles aux rares joggeurs et promeneurs souvent accompagnés de leurs chiens, escortés par les cris des oiseaux, seuls à déchirer un étrange silence.

Même vide irréel au Vatican, près de la place Saint-Pierre fermée et gardée par la police, près du Colisée ou encore dans les ruelles d’ordinaire si animées du Trastevere dont les cloches devaient sonner dans la soirée. Les quelques bus qui passent sont quasiment vides, sous la grisaille de ce samedi.

7.000 personnes poursuivies

Plusieurs autres villes du nord au sud comme Naples, Bologne, Pavie ou Pescara, ont également fermé leurs parcs. A Naples, les autorités ont prévenu qu’elles mettraient en quarantaine forcée ceux qui seraient dehors sans raison impérieuse ou professionnelle.

Quelque 157.000 personnes ont été contrôlées et 7.000 feront l’objet de poursuites pour ne pas avoir respecté les interdictions de rassemblement et restrictions aux déplacements, a annoncé samedi le ministère de l’Intérieur.

 

Source : Le Soir.be

Publicité