PARTAGER
Des prisonniers suspectés d'être membres de l'Etat islamique, le 26 octobre 2019, à Hasakeh (Syrie). (FADEL SENNA / AFP)

Selon les informations de franceinfo, il s’agit de quatre femmes radicalisées (qui font l’objet d’un mandat d’arrêt international) et de leurs sept enfants.

« L’expulsion des combattants terroristes étrangers se poursuit », se félicite le ministère turc de l’Intérieur dans un communiqué. Quatre femmes jihadistes françaises, membres de l’Etat islamique, et leur sept enfants qui étaient détenus en Turquie, dont Amandine Le Coz et Tooba Gondal selon les informations de France 3, ont ainsi été renvoyés vers l’Hexagone, lundi 9 décembre, dans la matinée. Selon les informations de franceinfo, il s’agit de quatre femmes radicalisées (qui font l’objet d’un mandat d’arrêt international) et de leurs sept enfants. La décision de les expulser avait été annoncée début novembre.

Un mandat d’arrêt international contre deux femmes

Une source judiciaire française a confirmé à l’AFP qu’ils étaient bien arrivés en France. Parmi les quatre femmes, deux, qui faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt international, vont être présentées directement à un juge d’instruction en vue de leur mise en examen. Les deux autres faisaient l’objet d’un mandat de recherche et ont été placées en garde à vue à leur arrivée à Roissy, selon une source judiciaire française à l’AFP. Les enfants seront quant à eux pris en charge par l’aide sociale à l’enfance.

Source : France TV Info

Publicité
loading...