PARTAGER

Le manuel scolaire est intitulé « Histoire du XXe siècle en fiches » et est destiné aux élèves de Sciences Po et de classes préparatoires, rapporte « L’Obs ».

Les complotistes apprécieront sans doute. Un manuel scolaire à destination des étudiants de Sciences Po et des classes préparatoires avance une thèse pour le moins polémique en lien avec les auteurs des attentats du 11 septembre 2001, à New York, rapporte L’Obs, samedi. Des attentats qui ont terrorisé des millions d’Américains et ont marqué un tournant radical dans la lutte contre le terrorisme par les puissances occidentales. Et selon le livre, ces attaques seraient en réalité à attribuer à la CIA et pas seulement à Al-Qaïda.

« Cet événement mondial – sans doute orchestré par la CIA (services secrets) pour imposer l’influence américaine au Moyen-Orient ? – touche les symboles de la puissance américaine sur son territoire. » Voilà en effet ce qu’il est possible de lire à la page 204 de ce manuel intitulé Histoire du XXe siècle en fiches. Après avoir été repéré par un groupe d’enseignants du secondaire au cours d’un échange sur Facebook, le texte a été épinglé par le site Conspiracy Watch, qui décrit une affirmation « choquante » impliquant « subrepticement une thèse révisionniste », relaie l’hebdomadaire.

Un public impressionnable

Selon Conspiracy Watch, le point d’interrogation dans l’incise ne suffit pas à écarter l’hypothèse de l’implication de l’agence de renseignements américaine dans les attentats du World Trade Center. Bien au contraire, la phrase a « de quoi semer le doute dans les esprits de ceux à qui ce livre est destiné : des jeunes dont on sait qu’ils sont plus perméables que la moyenne aux théories du complot ».

Selon L’Obs, l’Observatoire du conspirationnisme est parvenu à joindre le directeur des éditions Ellipses, à l’origine de la publication du manuel scolaire, qui évoque un passage ne correspondant « en rien à sa ligne éditoriale ». Il avance que l’auteur du manuel a reconnu une erreur de relecture et une incise « portant à confusion ». L’éditeur précise également qu’un addendum sera ajouté aux exemplaires encore en sa possession afin d’apporter davantage de clarté.

Source : Le Point

Publicité