PARTAGER

Deux jours après avoir giflé Emmanuel Macron, Damien Tarel a été condamné jeudi 10 juin à 18 mois de prison, dont quatre ferme, par le tribunal correctionnel de Valence (Drôme). L’homme de 28 ans a été placé sous mandat de dépôt.

Damien Tarel, l’homme qui a giflé Emmanuel Macron, mardi 8 juin, dans la Drôme, dormira en prison, jeudi. L’homme de 28 ans a écopé de 18 mois de prison, dont quatre mois ferme. Jugé en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Valence, Damien Tarel a tenté d’expliquer son geste devant la cour. À l’audience, il a dit avoir agi d’instinct, de manière spontanée. « Je ne l’apprécie pas et il s’est dirigé vers moi, ça m’a surpris. J’ai vu son regard sympathique et menteur qui voulait faire de moi un potentiel électeur », a-t-il déclaré.

Engagé auprès des « gilets jaunes »

L’homme aux idées plus qu’hétéroclites, nostalgique d’une France médiévale, s’intéresse aux idées d’extrême droite, et s’est engagé auprès des « gilets jaunes ». Damien Tarel se serait alors senti comme porté par une mission politique. « Je regrette la puissance du geste plus que le geste lui-même », a-t-il ajouté. L’agresseur a également été interdit de port d’arme pendant cinq ans. On ne sait pas encore s’il prévoit de faire appel de la décision.

Source : France Info

Publicité