PARTAGER

Selon l’AFP, des perquisitions ont eu lieu chez Olivier Véran, ministre de la Santé, mais également chez Edouard Philippe, Sibeth Ndiaye, Agnès Buzyn et Jérôme Salomon, dans le cadre de l’enquête sur la gestion de la crise sanitaire du coronavirus.

Le ministère de la Santé a fait savoir, dans un communiqué cité par l’AFP, que des perquisitions avaient eu lieu ce 15 octobre au matin aux domiciles et bureaux du ministre de la Santé Olivier Véran, ainsi que chez le directeur général de la Santé Jérôme Salomon et chez la directrice générale de Santé publique France, Geneviève Chêne. Une source judiciaire a par la suite précisé à l’agence de presse française que des perquisitions avaient également visé l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, mais aussi l’ancienne porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

De nombreuses plaintes déposées

Ces opérations, qui se sont déroulées «sans difficulté» selon le communiqué qui faisait état des perquisitions chez Olivier Véran, ont été menées dans le cadre d’une information judiciaire de la Cour de justice de la République (CJR) sur la gestion de la crise du coronavirus. Le 3 juillet, la Cour de justice de la République avait ouvert une information judiciaire avec comme chef d’accusation l’«abstention de combattre un sinistre», en l’occurrence l’épidémie de Covid-19. L’action du gouvernement avait été particulièrement critiquée, notamment en raison d’un manque de réactivité, de consignes peu claires voire même contradictoires (notamment en terme de port du masques) et de moyens insuffisants.

Au total, depuis le début de la crise du coronavirus, 90 plaintes contre des ministres ont été adressées à la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour l’exercice de leur fonction. Seulement neuf d’entre elles avaient été jugées recevables, visant, outre Olivier Véran, Edouard Philippe, Agnès Buzyn ou encore Sibeth Ndiaye.

Alors que plus de 32 000 personnes ont perdu la vie en raison d’une infection au Covid-19 depuis le début de la pandémie en France, Emmanuel Macron a annoncé le 14 octobre de nouvelles restrictions, notamment un couvre-feu dans plusieurs métropoles et en Ile-de-France.

RT

Publicité