PARTAGER

Le chef de l’État et Marine Le Pen ne participeront finalement pas à cette émission du 23 mars rassemblant tous les candidats, selon « Le Parisien ».

BFMTV avait prévu de réunir tous les candidats à la présidentielle le 23 mars, lors d’une grande soirée électorale. Une opportunité pour les prétendants à l’Élysée de s’exprimer à une heure de grande écoute, à moins de 20 jours du premier tour. Problème : le président-candidat Emmanuel Macron et sa rivale du Rassemblement national, Marine Le Pen, ont finalement annulé leur venue sur le plateau de la chaîne d’info. En conséquence, BFMTV a décidé d’annuler purement et simplement son prime time, rapporte Le Parisien mercredi 16 mars.

Dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on explique ce désistement par « des engagements » à la même date. Marine Le Pen, placée en deuxième position dans les intentions de vote, s’est retirée après l’annonce de la défection du président sortant. « Dans cette dernière ligne droite avant le premier tour et avec les règles strictes des temps de parole des candidats et candidates, BFMTV préfère imaginer d’autres types de dispositifs pour questionner les candidats sur leurs programmes », a de son côté justifié la chaîne dans un communiqué.

Emmanuel Macron refuse le débat

Une décision qui a suscité le courroux de Philippe Poutou. Dans la journée mercredi, le candidat du NPA s’est fendu d’un tweet agacé, évoquant « un scandale ». « Une soirée électorale était prévue sur BFM le 23 mars. Elle vient d’être annulée car deux candidats « importants » refusent d’y être. Les règles du temps de parole et leur acceptation par les médias permettent donc à ces candidats d’empêcher les autres de parler », a-t-il fustigé avec colère. Dans une lettre publique, Philippe Poutou avait reproché à TF1 de ne pas l’avoir invité dans son émission La France face à la guerre, durant laquelle seulement huit des douze candidats avaient été invités.

Pour l’heure, le doute subsiste concernant la participation d’Emmanuel Macron au grand rendez-vous politique de France 2, Élysée 2022. La première chaîne publique prévoit une soirée électorale où sont attendus les douze prétendants à l’élection suprême, le 31 mars, pilotée par Léa Salamé et Laurent Guimier. Selon Le Parisien, les représentants politiques doivent intervenir les uns après les autres. De son côté, le chef de l’État a déjà fait savoir qu’il refusait de débattre avec ses adversaires avant le premier tour.

 

Source : Le Point

Publicité