PARTAGER
© REUTERS / Philippe Wojazer

En répondant à chaque trouble social par des lois et des restrictions, les autorités françaises exacerbent les tensions au sein du pays, écrit dans une analyse le Financial Times, évoquant la route d’Emmanuel Macron vers le «despotisme démocratique».

Dans un article intitulé «Emmanuel Macron est sur une pente glissante vers le « despotisme démocratique »», écrit par Gaspard Koenig, le Financial Times s’en prend violemment à la manière dont l’administration française gère la situation actuelle du pays.

L’article énumère notamment un bon nombre de mesures prises par le gouvernement face aux troubles sociaux, comme le vote de la loi anti-fake news visant à «promouvoir la vérité officielle et supprimer les contenus des réseaux sociaux», ou encore celui de la loi anti-casseurs pour contrer les «malins gilets jaunes qui pourront être individuellement banni des démonstrations publiques et figurer sur une liste de surveillance du gouvernement».

Le journal économique et financier rappelle en outre qu’Emmanuel Macron a demandé la dissolution d’associations d’extrême droite jugées racistes ou antisémites. «Des restrictions à la liberté d’expression sont à l’étude pour les « antisionistes » vils afin de combler une lacune dans la législation existante qui interdit déjà l’antisémitisme», écrit le Financial Times.

La force policière «excessive» est l’un des autres sujets abordés. En effet, le média rappelle que Christophe Castaner a justifié l’usage des LBD, controversés, contre les manifestants.

«La primauté du droit ne fonctionne pas de cette façon. Tolérer des attitudes déviantes, irritantes ou excentriques qui ne nuisent pas directement aux autres est la définition même d’une société ouverte. En essayant de définir qui est autorisé à écrire, parler, tweeter ou manifester, M.Macron risque de contrarier ses adversaires mécontents», poursuit l’article.

À vouloir répondre à chaque trouble social par une loi et apaiser ainsi l’opinion publique, le gouvernement finit par exacerber les tensions, avance le quotidien britannique, soulignant que les prétentions de M.Macron à agir pour préserver les normes morales conventionnelles le rendent d’autant plus menaçant.

« Sa répression des libertés civiles s’inscrit dans une tendance logique depuis son entrée en fonction en 2017. Une loi antiterroriste d’octobre 2017 a considérablement accru les pouvoirs accordés aux forces de police. Une loi sur l’immigration de février 2018 a affaibli les droits des migrants et des demandeurs d’asile. En octobre, la Cour suprême française a refusé de suspendre la création d’une base de données biométrique contenant des informations détaillées sur tous les citoyens français», explique le Financial Time.

L’article constate que le «despotisme démocratique», bien connu des lecteurs d’Alexis de Tocqueville, place le bien-être général et la sécurité publique au-dessus des droits individuels. Cela reflète la tendance mondiale inquiétante des démocraties libérales à emprunter le mode opératoire des autocraties», rappelle le quotidien.

«Nous ne pouvons pas faire preuve de complaisance. Interdire le contenu odieux sur les réseaux sociaux est de la censure. La collecte de données biométriques est de la surveillance. Enfermer les délinquants potentiels avant qu’ils ne commettent un crime est de la répression. Blesser les manifestants, c’est de la violence commanditée par l’État, et imposer la neutralité dans les salles de rédaction, c’est de l’autoritarisme. Les citoyens devraient résister à l’impulsion d’imposer la vertu par la force», conclut l’article.

Source : Sputnik International

La bibliothèque de Tepa

Livres à lire sur le sujet. Soutenez financièrement l’action de Patriote Info en achetant l’un des livres de sa bibliothèque.

Publicité
loading...