PARTAGER

Patriote Info : Je comprends mieux pourquoi Trump avait refusé de signer l’accord de Paris sur le climat, et pourquoi les médias occidentaux se déchaînent sur lui avec autant de rage, le climat est la pièce maîtresse des mondialistes permettant de basculer les nations dans le nouvel ordre mondial.

Portée par Bill Gates et divers chefs d’Etat, une broche est associée au « nouvel ordre mondial » (LCI)

SPÉCULATIONS – Le port d’une broche colorée par plusieurs chefs d’Etats et personnalités publiques est présentée, via un assemblage de photos, comme le symbole d’une adhésion à la mise en place d’un nouvel ordre mondial. Il ne s’agit en réalité que du symbole d’une programme mis en place par l’ONU.

À travers une série de photographies rassemblées et diffusées dans une même publication, des internautes reprennent à leur compte une théorie selon laquelle les grands dirigeants du monde s’allieraient en vue de former une gouvernance mondiale.

Sur ces images, on observe des chefs d’Etats tels qu’Emmanuel Macron, mais également des personnalités publiques comme Bill Gates ou Tedros Adhanom Ghebreyesus, l’actuel patron de l’OMS. Leur point commun ? Une broche multicolore, épinglée à leur veste.

Jean-Louis DavidVoici quelques photos où l’on voit que le président de l’OMS , Macron , Bill Gates et tous les autres…

Publiée par Quim Ramos sur Dimanche 11 octobre 2020

« Voici quelques photos où l’on voit que le président de l’OMS , Macron , Bill Gates et tous les autres dirigeants de se monde portent cette broche du Global Goals pour une Gouvernance Mondiale », indique la publication. En commentaires, certains font explicitement référence au « nouvel ordre mondial », dont on « parle depuis longtemps ». Derrière ce concept de « nouvel ordre mondial »rappelle Wikipedia, se trouve « une formule utilisée pour désigner plusieurs théories du complot. Elles dénoncent un projet de domination planétaire, à travers des institutions prétendument démocratiques, des institutions non gouvernementales ou bien des régimes totalitaires. »

Un programme des Nations Unies

Les photos ici rassemblées ne font pas l’objet de montages. Elles ont été prises lors d’événements organisés par les Nations unies ces dernières années, et les broches portées par les différentes personnalités publiques ici présentées sont bien identiques. À quoi font-elles référence ? Aux « Objectifs de développement durable », nom donné à une série d’objectifs définis par l’ONU et qui doivent, comme l’indique l’organisation internationale, répondre « aux défis environnementaux, politiques et économiques urgents auxquels notre monde est confronté ».

L’ONU précise sur son site que « les objectifs de développement durable (SDG) sont nés lors de la Conférence des Nations unies sur le développement durable à Rio de Janeiro en 2012 ». Ils doivent être compris « comme un appel universel à l’action pour mettre fin à la pauvreté, protéger la planète et garantir que tous les peuples jouissent de la paix et de la prospérité d’ici 2030 ». Afin d’y parvenir, l’implication de « tout le monde est nécessaire », estime l’ONU : « La créativité, le savoir-faire, la technologie et les ressources financières de toute la société sont nécessaires pour réaliser ces objectifs dans tous les contextes ».

Parmi les 17 objectifs « adoptés lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2015 et […] entrés en vigueur au 1er janvier 2016″, on retrouve l’égalité entre les sexes, la fin de la pauvreté ou encore l’éradication de la faim à travers le monde. Des ambitions qui font écho à celles affichées par la fondation Bill & Melinda Gates, et qui ont poussé cette dernière à apporter son soutien. Un programme intitulé « Goalkeepers » a ainsi été mis en place afin de soutenir les acteurs aujourd’hui en action, avec des rendez-vous annuels ponctués de conférences et de présentations. C’est dans ce cadre que l’on a pu voir Bill Gates arborer le badge coloré symbolisant les 17 objectifs et que l’on retrouve à la vente sur un site des Nations Unies. En 2018, parmi les chefs d’Etat qui avaient répondu à l’invitation de la Fondation Gates, on retrouve notamment un certain Emmanuel Macron. Son intervention, en anglais, est toujours accessible en ligne.

Ces « Objectifs de développement durable », souvent appelés « Global goals », ne constituent donc pas une forme d’organisation secrète ou souterraine. Il s’agit d’un programme présenté en toute transparence, dont les Nations Unies indiquent d’ailleurs qu’il n’est « pas contraignant juridiquement » pour les Etats, bien que ces derniers soient fortement encouragés à mener des efforts afin de parvenir à des résultats significatifs.

Si des internautes y voient la manifestation d’une gouvernance mondiale et évoquent en commentaire la mise en place d’un « nouvel ordre mondial », il faut souligner que ce programme, à l’instar de nombreux autres diligentés par l’ONU, vise à coordonner des politiques de développement à l’échelle internationale. La broche colorée arborée par des personnalités comme Emmanuel Macron apparaît ici comme le symbole d’un engagement en faveur de l’accomplissement des 17 objectifs définis en 2012.

Publicité