PARTAGER

Affaire Epstein : le prince Andrew convoqué officiellement par la justice américaine

Selon The Sun, le prince Andrew aurait été convoqué pour répondre de ses liens avec le milliardaire Jeffrey Epstein.

C’est un cauchemar diplomatique en devenir pour le Royaume-Uni. Selon The Sun, la justice américaine a officiellement envoyé une convocation au prince héritier de la couronne britannique Andrew. Les Etats-Unis souhaiteraient interroger le membre de la famille Windsor sur ses liens privilégiés avec le milliardaire Jeffrey Epstein qui s’est suicidé l’an dernier en prison après avoir été arrêté dans une affaire de trafic sexuel et de pédophilie.

Le frère de Charles, Andrew, 60 ans, a toujours jusqu’à présent refusé d’être interrogé par les procureurs de New York qui enquêtent sur le réseau de trafic sexuel d’Epstein. Il a toujours également nié fermement tout « acte criminel ». Dans une interview à la BBC, resté célèbre outre-Manche, il avait assez maladroitement tenté de contre-attaquer médiatiquement en novembre dernier.

L’une des victimes du réseau de Jeffrey Epstein – Virginia Roberts Giuffre, aujourd’hui âgée de 36 ans et vivant en Australie – affirme avoir eu des relations sexuelles avec Andrew à trois reprises entre 2001 et 2002, dont deux fois alors qu’elle était mineure. Andrew a nié les faits et prétendu ne pas connaître la jeune femme alors qu’une photo d’elle à ses côtés existe et a été largement diffusée par la presse. Un récent documentaire de Netflix, a aussi pointé du doigt la connexion entre les deux hommes.

En Grande-Bretagne les observateurs pensaient que le fils d’Elizabeth II était seulement susceptible d’être la cible d’une action des victimes d’Epstein devant les tribunaux civils américains.

Demande d’entraide judiciaire

Selon le Sun, les services de la justice américaine ont contourné le palais de Buckingham et ont déposé une demande d’ » assistance juridique mutuelle » (MLA) auprès du ministère de l’intérieur britannique. Les demandes d’entraide judiciaire ne sont utilisées que dans des affaires pénales en vertu d’un traité juridique avec le Royaume-Uni.

Suite sur le Parisien

Publicité