PARTAGER

L’ONG est dans la tourmente et le chanteur a réagi dimanche.

Le leader de U2 est « furieux » des accusations, parues dans The Mail on Sunday.Il s’est engagé à rencontrer les victimes pour « s’excuser personnellement ». Ce dimanche, Bono a admis que l’organisation caritative One, qu’il a cofondée, avait échoué à protéger ses employés à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Les faits se seraient déroulés entre 2011 et 2015

L’hebdomadaire britannique a détaillé une série d’incidents dont l’un concerne une femme mariée. Elle affirme avoir été rétrogradée dans son emploi après avoir refusé d’avoir des relations sexuelles avec un député tanzanien.

D’autres plaignants affirment qu’ils ont été régulièrement ridiculisés et qu’une supérieure les a obligés à effectuer des travaux domestiques chez elle. Ces allégations ont été révélées dans une lettre à Gayle Smith, l’une des directrices de One.

Une série de tweets met le feu aux poudres

Crée en 2004 pour combattre l’extrême pauvreté et les maladies évitables, l’association One a lancé une enquête interne, après que des tweets sont apparus sur les attitudes déviantes de leur direction, arguant qu’une partie de l’équipe africaine était « traitée pire que des chiens ». L’enquête interne de l’association a établi qu’une ancienne responsable du bureau sud-africain traitait les recrues juniors de « bons à rien », d’« idiots » ou de « stupides » par courriels ou devant des tiers.

Gayle Smith affirme que l’enquête n’a pas pu confirmer l’allégation de la jeune femme rétrogradée, en précisant : « Nous considérons toutes les plaintes, nous continuons à enquêter et à faire que d’autres témoignages arrivent ».

« Le harcèlement des personnes les plus pauvres dans les endroits les plus pauvres en raison de leur condition EST la raison pour laquelle nous avons créé ONE », a rappelé Bono dimanche. « La découverte en novembre dernier d’allégations graves et multiples de harcèlement dans notre bureau de Johannesburg a ébranlé et rendu furieux le conseil de ONE et moi-même ». « Je dois prendre mes responsabilités » martèle le chanteur irlandais.

Le conseil d’administration de ONE comprend l’ancien Premier ministre britannique David Cameron, la directrice générale de Facebook Sheryl Sandberg et le riche entrepreneur anglo-soudanais de télécommunications Mo Ibrahim.

Ces accusations ont fait surface en novembre suite aux tweets de l’ancien employé Idriss Ali Nassah, qui accuse aujourd’hui la direction de One d’avoir été au courant pendant des années. « Le communiqué de Bono veut faire porter toute la responsabilité sur l’ancienne directrice de One en Afrique, Sipho Moyo. Non. Pendant des années OneCampaign, sa direction et son CEO, savaient » écrit-il dans le tweet ci-dessous.

Bono a avoué qu’il était au courant de dysfonctionnement à Johannesburg, mais pas de cette ampleur, ni gravité.

Gayle Smith s’est excusée auprès des 14 employés qui se sont plaints, ce qui n’a pas empêché que sept d’entre eux entament la semaine dernière une action en justice pour demander des dommages et intérêts en raison de « mauvais traitements émotionnels, physiques et psychologiques », réclamant 5 millions de livres de dommages et intérêts…

Source Le Parisien