PARTAGER

Une secte pédophile cachée derrière un réseau de magasins ésotériques a été démantelée le 19 juillet en Italie, au terme d’une enquête de deux ans coordonnée par le parquet de Turin.

L’enquête a commencé grâce au témoignage d’une de ses victimes, une jeune fille presque adolescente, rapporte le quotidien italien La Stampa. Les partisans de la secte seraient responsables de graves délits d’odre sexuel, y compris envers des mineurs. Ils auraient notamment transformé leurs «proies» en véritables esclaves sexuels.

La police de la ville italienne de Novare ainsi que le Service opérationnel central de la police, en collaboration avec l’Escouade mobile de Turin, ont procédé à 47 perquisitions. La base opérationnelle de la secte se trouvait à Novare, mais des antennes étaient présentes à Milan et Pavie.

L’organisation serait née au milieu des années 1980 de la fusion de deux groupes. L’homme qui était à la tête de la secte des «bestie» (bêtes), comme l’appelaient ses membres, est âgé de 77 ans et était surnommé «il dottore» (le docteur).

DES PSYCHOLOGUES PROFESSIONNELS ADEPTES

Le groupe criminel avait pour facade des magasins et établissements de toutes sortes, tels qu’un magasin d’artisanat, une maison d’édition d’ouvrages ésotériques, ou encore des écoles de danse, où il recrutait certains de ses victimes. Celles-ci,  généralement des jeunes filles voire des adolescentes, étaient alors introduites dans la secte et devaient se livrer à des pratiques sexuelles souvent extrêmes et douleureuses.

L’organisation faisait appel à des psychologues professionnels, eux-mêmes adeptes, pour procéder à un véritable lavage de cerveau afin que les victimes se plient aux pratiques de l’organisation, jusqu’à accepter des violences et abus de toutes natures.

Source Cnews

Patriote info : L’article ne le mentionne pas mais il s’agit vraisemblablement d’une secte satanique. En tout cas le nom que se donnaient les adeptes le suggère : « L’homme qui était à la tête de la secte des «bestie» (bêtes)« .

Publicité