PARTAGER

Pédophilie : vaste coup de filet en France et dans l’Hérault, une soixantaine d’interpellations

Une soixantaine de personnes ont été placées en garde à vue depuis le début de la semaine sur une trentaine de départements français, dont l’Hérault. Une opération de grande ampleur appelée « Police2Pédo ».

Un sacré coup de filet : une soixantaine de personnes, âgées de 28 à 75 ans, soupçonnées de télécharger des fichiers pédopornographiques ont été interpellées et placées en garde à vue depuis le début de la semaine sur l’ensemble du territoire français, comme le révèle Le Parisien.

La police judiciaire qui a appelé cette opération « Police2Pédo », a procédé à ces arrestations sur une trentaine de départements dont l‘Hérault, le Tarn-et-Garonne, l’Ile-de-France, l’Isère entre autres. Près de 220 policiers ont été mobilisés.

L’enquête menée par l’Office central pour la répression des violences aux personnes, l’OCRVP a permis de remonter la connexion des internautes qui échangeaient des fichiers à caractère pédopornographique via des logiciels spéciaux pour ne pas être repérés. Une fois leur adresse IP identifiée, ils ont pu être arrêtés.

« Les profils les plus dangereux »

« Nous avons ciblé les profils les plus dangereux et inquiétants, il ne s’agit pas juste de consultations par hasard », a expliqué le commissaire divisionnaire Eric Berot, chef de l’OCRVP au Parisien.

Profils des suspects

Parmi les personnes interpellées, certains ont déjà été condamnés pour des infractions à caractère pédophile de la détention de fichiers pédopornographiques jusqu’à des viols.

Au moins 13 sont déjà connues des services de police et sont inscrites au fichier des délinquants et criminels sexuels

Certains des suspects travaillent au contact d’enfants : il y a des éducateurs sportifs, des pères de famille mais aussi des professeurs.

Un père de famille âgé de 54 ans, informaticien possédait des tonnes de fichiers pédopornographiques. Il a avoué pendant sa garde à vue qu’il violait sa fille de 14 ans depuis qu’elle a 9 ans. Il a été écroué.

Un autre suspect est l’imam d’une mosquée qui possédait lui aussi de nombreuses images et vidéos à caractère pédophile.

Un autre interpellé était en possession d’un film le montrant en train d’agresser sexuellement une enfant de sept ans de sa famille. Ou encore un autre, un éducateur sportif qui tournait des vidéos des enfants dans les vestiaires à leur insu.

Des centaines de milliers de fichiers saisis

Les perquisitions aux domiciles de chaque suspect ont permis de récolter tout un tas de fichiers.

Des centaines de milliers de photos ou vidéos qui mettent en scène des enfants, mais aussi des films de viols d’enfants par les suspects eux-mêmes. L’analyse de ces fichiers n’est qu’au début des investigations.

Les policiers ont saisi plus de 67 ordinateurs, téléphones ou tablettes, 100 disques durs externes, 120 clés USB ou CD.

Implication du SRPJ de Montpellier

Joint par téléphone, le commissaire Jean-Philippe Fougereau a confirmé que le SRPJ de Montpellier avait bien participé à ce vaste coup de filet national antipédophile mais que, pour l’heure, il était trop tôt pour communiquer sur le sujet.

Source Midi Libre

Publicité